Gestion financière : Optimisez vos processus pour assurer la croissance de votre entreprise

11 min
Mettre en place une gestion financière efficace

 

 Introduction à la gestion financière

 

La gestion financière touche à la production d’informations comptables et financières permettant de disposer d’une vision précise et complète sur l’ensemble des opérations économiques d’une entreprise.

Définition de la gestion financière en entreprise

Qu’est-ce que la gestion financière ? Son rôle principal consiste à analyser et piloter l’activité financière d’une entreprise afin de proposer des indicateurs révélant sa santé économique tout en proposant une comptabilité en conformité avec les attentes de l’administration fiscale.

Les fonctions de la gestion financière peuvent être de différentes natures :

  • Assurer le développement de la société à travers des recommandations pour financer des projets ;
  • Piloter les risques en matière de financement, de rentabilité, de trésorerie ou de fiscalité ;
  • Apporter des analyses et des conseils aux directions générales et aux directions métiers pour améliorer le décisionnel.

 

Les principes fondamentaux de la finance d’entreprise

Dans un marché globalisé et complexe, chaque entreprise doit pouvoir compter sur une finance d’entreprise à la fois moderne, productive et efficiente. Grâce aux outils de gestion, la direction administrative et financière a l’opportunité de suivre l’ensemble des flux économiques pour garantir un développement harmonieux et cohérent de l’organisation.

En matière de gestion financière, les experts de la DAF se concentrent sur la planification financière, la gestion de la trésorerie, l’atteinte de la rentabilité, la génération de reportings complets et argumentés, la gestion de la fiscalité, la mise à disposition de leurs expertises à d’autres directions ou services…

 

Les outils indispensables de la gestion financière

Avec la digitalisation de l’économie, les directions administratives et financières doivent disposer d’outils adaptés les déchargeant au maximum des tâches manuelles. Elles doivent en effet organiser la production d’informations financières autour de différentes solutions logicielles couvrant :

 

  • La gestion comptable et financière pour suivre les dépenses, établir des reportings et gérer la comptabilité ;
  • La gestion de la trésorerie opérationnelle pour suivre les flux de cash et prévisionnelle pour établir des prévisions de trésorerie, et aider à la prise de décisions en matière d’investissements ou d’emprunts ;
  • La gestion des paiements, et la lutte contre la fraude qu’il s’agisse des fournisseurs ou des clients ;
  • La gestion de la communication bancaire pour sécuriser les flux de paiement ;
  • Le reporting ou Business Analytics pour aller plus loin dans l’établissement de rapports descriptifs ou prospectifs.

 

 

Logiciels de gestion financière : les solutions Cegid

Pour la gestion financière, Cegid propose un ensemble de solutions complémentaires afin d’assurer une transformation digitale réussie de la DAF :

 

Quels sont les indicateurs clés de performance (KPI) dans la gestion financière ?

Les directions générales attendent des spécialistes de la gestion financière différents tableaux de bord et indicateurs décrivant en temps réel ou à un instant T la santé financière de leur entreprise. Pourquoi ? Pour prendre les bonnes décisions et ainsi assurer la pérennité de l’organisation ! Parmi les indicateurs clés d’une bonne gestion financière, il est possible de retrouver :

  • Les revenus ;
  • La rentabilité ;
  • La profitabilité ;
  • Les marges ;
  • Les liquidités disponibles ;
  • Le ratio de cash-flow ;
  • La valorisation ;

La planification financière

Avec la planification financière, les directions administratives et financières définissent leurs orientations stratégiques et prennent un ensemble de décisions ayant vocation à améliorer les performances commerciales de l’organisation.

 

Élaboration des budgets et du prévisionnel

Pour établir une bonne planification financière, il s’agit d’abord de réaliser un budget à l’échelle de l’entreprise. Processus complexe, la planification financière consiste à se baser sur les informations passées (revenus, charges, trésorerie disponibles…) pour allouer des dépenses à venir et ce, afin de sécuriser le développement de l’organisation. Pour élaborer un budget, il est possible de jouer sur plusieurs fronts :

 

  • La trésorerie prévisionnelle, soit le niveau des ressources économiques dont l’entreprise dispose à un instant T ou dans les semaines/mois à venir ;
  • Les prévisions de vente, soit la valorisation de la commercialisation des produits et marchés ;
  • Les prévisions de production, soit les charges nécessaires (matières, salaires, fournisseurs…) pour assurer la production des biens et services à un prix compétitif ;
  • Les investissements, soit l’ensemble des montants à engager pour pérenniser l’activité de l’entreprise.

 

 La gestion des risques financiers

Lors de la planification financière, les DAF s’attachent à identifier l’ensemble des risques pesant sur les flux financiers et économiques. Ils évaluent et classifient ces risques pour établir une liste de priorités. Enfin, ils prennent les mesures nécessaires afin de réduire ou supprimer ces risques.

 

Gestion du capital et des investissements

Le montant du capital d’une entreprise renseigne sur sa structure financière. Elle résulte d’une combinaison de ses dettes et de son capital-actions. Lors de l’établissement d’un bilan comptable ou d’un compte de résultat, il est possible de désigner plusieurs indicateurs témoignant de la solidité financière d’une organisation :

 

  • Le fonds de roulement, soit le montant à disposition de l’entreprise pour s’acquitter de ses différentes charges en attendant le règlement de ses clients ;
  • Le besoin en fonds de roulement (BFR), soit le montant dont a besoin l’entreprise pour payer ses charges ;
  • La trésorerie nette, soit le montant que l’entreprise peut mobiliser à court terme ;
  • Le seuil de rentabilité, soit la différence entre le niveau de ventes et les charges ;
  • La marge commerciale, soit la différence entre le niveau de ventes de marchandises et leur coût d’achat ;
  • L’excédent brut d’exploitation (EBE), soit la faculté d’une entreprise à maintenir un certain niveau de cash-flow ;
  • La capacité d’autofinancement, soit l’ensemble des ressources permettant à l’entreprise d’utiliser son cash-flow pour assurer son développement de manière autonome.
  • L’endettement financier net, indicateur financier couramment utilisé en analyse financière qui correspond au montant net des dettes d’une entreprise, diminué de l’ensemble de ses liquidités.

 

 

Optimisation de la structure du capital

La structure du capital d’une entreprise doit être optimisée afin de déterminer le bon équilibre entre la capacité d’autofinancement et le financement par emprunt. Cet équilibre permet de fournir le financement capable d’assurer la croissance tout en limitant les risques.

Pour optimiser sa structure de capital, les DAF peuvent s’appuyer sur le ratio d’endettement qui aide à maintenir un équilibre entre les dettes et les fonds propres. Ce ratio d’endettement est un support pour élaborer des stratégies de financement capables d’améliorer la structure du capital.

 

 Quelles stratégies d’investissement ?

La direction administrative et financière est au cœur de l’élaboration de la stratégie d’investissement et des relations avec les investisseurs de l’entreprise. Cette stratégie d’investissement se base notamment sur les différents reportings financiers et se construit en collaboration avec le directeur général et les autres directions métiers.

 

Si la DAF peut avoir son mot à dire sur la stratégie opérationnelle, il est surtout attendu sur la stratégie financière et sa capacité à définir les bons plans d’investissement prenant en compte à la fois les risques mais aussi les opportunités (emprunts, levée de fonds, fusions-acquisitions…)

 

Gestion de la trésorerie

La gestion de la trésorerie est une composante fondamentale de la gestion financière. Elle consiste à planifier, suivre et vérifier l’ensemble des flux financiers. Une gestion optimisée de la trésorerie permet d’assurer la stabilité financière de l’entreprise tout en contribuant à son développement.

 

Optimiser le cash : quelles sont les bonnes pratiques ?

Une stratégie de gestion globale du cash, notamment à travers des outils digitaux, permet à l’entreprise de renforcer son bilan, d’améliorer sa stabilité financière et d’accroître ses marges.

Pour réussir son cash management, à savoir sa gestion opérationnelle de la trésorerie, la DAF doit :

  • Disposer d’un processus de recouvrement efficace ;
  • Établir des prévisions réalistes et prudentes sur les échéances ;
  • Optimiser la gestion des stocks ;
  • Placer judicieusement une partie des liquidités disponibles.

 

Quelles bonnes pratiques pour un cash management performant ?

  • Mettre en place des indicateurs pertinents : trésorerie disponible, consommation de cash, besoin en fonds de roulement, encaissements et créances clients, dettes, suivi des ratios DPO/DSO, Cash Conversion Cycle, etc.
  • S’appuyer sur une solution de gestion de la trésorerie pour disposer en temps réel de l’ensemble des flux financiers impactant les niveaux de cash actuels et futurs.
  • Recruter des ressources possédant une maturité financière comme un cash controller qui saura mener ces sujets d’optimisation stratégique.

 

Contrôle et audit interne

Parmi les missions de la DAF, figure la procédure d’audit interne qui consiste en une analyse des éléments financiers de l’entreprise pour identifier d’éventuels dysfonctionnements et de potentielles améliorations. Les leviers d’optimisation de l’audit interne peuvent être l’amélioration des procédures de contrôle, l’amélioration de la gestion du risque et le perfectionnement de la gouvernance de l’entreprise.

 

Importance du contrôle financier et de la conformité réglementaire

En matière de contrôle financier, les directions administratives et financières doivent s’assurer que les finances sont gérées de manière appropriée. En ce sens, le contrôleur financier veille à la cohérence budgétaire. Il réalise des analyses économiques, financières et prévisionnelles qui contribuent à affiner la stratégie globale de l’entreprise.

Un des grands défis du contrôle financier touche également à la conformité réglementaire, soit la capacité à garantir que l’ensemble des processus financiers respecte les exigences légales, par nature complexes et évolutives. Il appartient à la DAF de suivre les évolutions réglementaires pour adapter leurs processus. Dans ce cadre, il est nécessaire de s’appuyer sur une solution logicielle assurant des mises à jour régulières en fonction de l’émergence de nouvelles dispositions.

 

Tendances actuelles en gestion financière

Face à la complexité croissante de l’économie mais aussi en raison de l’inflation réglementaire, les directions administratives et financières ont tout intérêt à s’appuyer sur des solutions de gestion complètes et productives. Ces outils de gestion permettent notamment :

 

  • D’établir des reportings facilement à partir de données complètes, fiables et actualisées en temps réel ;
  • De réaliser un pilotage financier autour d’une base de données et d’une architecture informatique parfaitement sécurisées ;
  • De disposer de processus régulièrement mis à jour en fonction notamment des évolutions légales ;
  • De pouvoir couvrir l’ensemble des missions incombant à la DAF, qu’il s’agisse de la gestion du cash, de la comptabilité, de la fiscalité…
  • De disposer de moyens de collaboration (partage d’informations) entre la DAF et les autres directions métiers ;
  • De se reposer sur une expérience utilisateur agréable et d’une bonne ergonomie afin d’augmenter la productivité des équipes.

 

Vers la finance durable et responsable

Avec la mise en place en 2024 de la directive CSRD (Corporate Sustainability Reporting Directive), les DAF sont de plus en plus concernées par la prise en compte des impacts environnementaux, sociaux et sociétaux de leur entreprise. D’où un mouvement global aujourd’hui vers une gestion financière plus durable et responsable. Cette dimension de durabilité ne s’explique pas uniquement par l’aspect réglementaire.En effet, des actions en faveur de la réduction de l’empreinte carbone ou à destination de ses propres ressources humaines obéit aussi à une logique d’image et de compétitivité. Une entreprise mettant en place une finance durable et responsable va être mieux perçue par ses parties prenantes que sont les clients, les partenaires, les fournisseurs, les investisseurs et les collaborateurs.Afin de réussir à instaurer une gestion financière plus durable et responsable, il est nécessaire de mettre en place des investissements technologiques permettant de répertorier les différentes actions de l’entreprise et de les faire figurer dans un rapport dédié.

Impact des nouvelles technologies sur la finance d’entreprise

La finance d’entreprise est un domaine en pleine transformation digitale, à la fois pour des motifs de reporting que pour des motifs de productivité. Si les directions administratives et financières peuvent s’appuyer sur des ERP pour gérer leurs flux financiers, elles vont aussi s’équiper avec des modules de gestion de la trésorerie, de paiement, de fiscalité…

Actuellement, la tendance en matière d’outils pour la DAF porte sur l’automatisation et le déploiement de l’intelligence artificielle. L’importance des données (aussi bien au niveau de la production d’informations que de leur analyse) rend indispensable le fait de compter sur des technologies avancées permettant de réduire les erreurs et d’optimiser les processus.

Conclusion : l’importance de la gestion financière pour la pérennité de l’entreprise

Particulièrement complexe, la gestion financière d’une entreprise doit nécessairement reposer sur une stratégie claire et des outils dédiés. Avec l’accélération digitale, les directions administratives et financières disposent désormais de solutions complètes pour surveiller, contrôler et piloter leurs flux financiers. Elles ont tout intérêt à se saisir des dernières innovations pour fiabiliser leur production et ainsi assurer le développement de leur organisation.

Découvrez notre nouvel ERP Cloud, Cegid XRP Flex, pour piloter votre entreprise avec agilité et efficacité, depuis les achats, la production, la gestion de stocks, jusqu’aux ventes et à la gestion financière. Cerise sur le gâteau : Cegid XRP Flex intègre un module CRM complet !

Ces articles pourraient vous intéresser

Logiciel gestion finance

Cegid XRP Flex

Cegid XRP Flex facilite la gestion de toutes les activités en temps réel dans le Cloud : achats, production, relations…

  • Gestion comptable et financière
  • Gestion commerciale et de production
  • Connectivité ultra flexible
  • Simplicité d'exploitation et d'évolution
Découvrir
Gestion Comptable

Cegid XRP Ultimate

Cegid XRP Ultimate développe l’agilité des organisations complexes via une gestion plus flexible de leurs processus opérationnels & financiers.

  • Gestion comptable et financière
  • Optimisation des processus opérationnels
  • Intégration facile en univers complexe
  • Adaptation rapide aux évolutions
Découvrir