Logiciel SaaS

Expertise Comptable

Experts-comptables, comment bien prompter ?

25 juin 2024

Experts-comptables, comment bien prompter ?
5 min
Les experts-comptables utilisent de plus en plus l’intelligence artificielle générative, à commencer par ChatGPT, l’outil le plus populaire. Encore faut-il apprivoiser cette IA et communiquer avec elle avec efficacité. Dix règles de base pour bien prompter.

Même si l’on ne dispose pas de statistiques précises sur le recours des cabinets à l’IA générative, il n’y a aucune raison que leurs experts-comptables et leurs collaborateurs ne participent pas au mouvement général. Notamment pour les plus jeunes d’entre eux : une enquête de l’Ifop , publiée en avril 2024, révèle que près de 70 % des 18-24 ans utilisent personnellement l’IA générative, contre seulement 47 % des 25-34 ans et 22 % des 35 ans et plus. Et ils estiment y gagner, en moyenne, 38 % de productivité et d’efficacité !

Savoir prompter ne s’improvise pas 

L’une des portes d’entrée des experts-comptables dans l’univers de l’IA générative est le « prompt ». De quoi s’agit-il ? D’une instruction (une requête) donnée à un modèle de langage. Autrement dit, c’est la manière de parler à la machine« Les prompts sont cruciaux pour les comptables, car ils améliorent l’efficacité, la prise de décision, la productivité et le service client », confirme Raphael Richard, expert en IA chez 24pm Academy.1

On pourrait penser que prompter c’est simple, mais il n’en est rien ! Tout réside dans la bonne formulation de la requête. Pour créer un prompt efficace, « il est important de comprendre le contexte, la cible et de préciser le rôle de l’utilisateur de ChatGPT (expert-comptable, collaborateur, client). Il faut également déterminer le format attendu pour la réponse (tweet, email, article, message sur LinkedIn) et la longueur de celle-ci. Pour que l’IA générative puisse fournir des réponses de qualité, il est essentiel de lui fournir des éléments précis et pertinents », explique Fabrice Heuvrard, expert-comptable et commissaire aux comptes2. Il existe d’ailleurs des listes de prompts, gratuits ou payants, prêts à l’emploi pour les experts-comptables.3

Conférence : Experts-Comptables, ouvrez les possibles avec l’IA Générative

L’IA générative constitue, à n’en pas douter, une nouvelle étape dans la gestion de votre cabinet ; l’automatisation augmentée au service des cabinets, une relation réinventée avec vos clients, une meilleure valorisation de vos missions, sont autant de promesses.

Visionner le replay

Les dix règles de base pour bien prompter en cabinet d’expertise-comptable

Voici 10 principes à suivre pour créer des prompts performants.

  1. Consacrer le temps nécessaire pour définir clairement l’objectif de la requête. Le simple fait de changer un mot ou d’ajouter une précision fera varier le résultat de façon significative.
  2. Être précis et concis dans la formulation. La règle, ici, est le « ni trop, ni trop peu ». Une simple phrase générale tout comme plusieurs longs paragraphes imprécis ne fourniront guère de résultats directement exploitables. Il n’y a pas de taille optimale pour une requête, cela dépend du sujet et du résultat que l’on souhaite obtenir.
  3. Privilégier un langage simple et compréhensif sans jargon technique. Dans l’univers de l’expertise-comptable, ce principe est plus difficile à appliquer que dans d’autres secteurs. La finance est en effet truffée de sigles et de vocabulaire très normé, avec une signification précise. Même si l’IA apprend vite, il faudra l’aider un peu !
  4. Fournir le maximum d’éléments de contexte. « La qualité des réponses de ChatGPT est proportionnelle à la qualité de la question posée et au contexte fourni. Plus l’utilisateur pose de questions, et les détaille (au-delà d’une simple poignée de lignes), plus les réponses sont ciblées et pertinentes», recommande Vincent Lacomme, expert-comptable4.
  5. Préciser le point de vue et/ou le style d’écriture. Le résultat ne sera pas le même si l’on se place du point de vue d’un expert-comptable, d’un commissaire aux comptes, d’un responsable financier ou d’un dirigeant d’entreprise.
  6. Procéder par itérations. Si la première version de la réponse de l’IA Générative n’est pas satisfaisante, ou incomplète, il est possible (et même recommandé) de reformuler la requête, en lui apportant des précisions. Une nouvelle version est générée. Et l’on peut recommencer autant de fois que nécessaire, la machine ne se plaindra pas !
  7. Comparer les différentes propositions obtenues. Si plusieurs itérations s’avèrent nécessaires, il est pertinent de regarder comment la réponse de l’IA s’en est trouvée impactée et, souvent améliorée. Cela permet de comprendre son mode de raisonnement et les modifications qui ont le plus d’impact sur les résultats.
  8. Définir clairement l’objectif de la requête. Il peut s’agir par exemple, d’une liste de recommandations pour orienter la stratégie d’un client du cabinet, d’un tableau de synthèse de l’exploitation, de la synthèse d’un texte règlementaire… L’IA générative ne peut le deviner a priori ; l’utilisateur doit toujours préciser ce qu’il attend.
  9. Décrire la forme de présentation du résultat attendu. Veut-on produire un document de synthèse ? Une étude de marché ? Un e-mail ? Un compte-rendu de réunion ? Là encore, l’IA, qui a ses limites, ne peut deviner ce qui est espéré par l’utilisateur. Les prompts peuvent intégrer des demandes comme « cite-moi les points clés », « classe les éléments les plus importants de 1 à 5 », « résume les idées majeures en tableaux, ou en bullet-points », etc. Il est recommandé d’user d’un langage le plus naturel possible.
  10. Evaluer ou faire évaluer la réponse par un collègue. Si l’IA générative est utilisée pour des tâches basiques, le contrôle d’un tiers n’est pas nécessaire ; mais pour d’autres, il est pertinent de recueillir plusieurs avis, par exemple si l’IA produit des conseils stratégiques, des recommandations pour réduire les coûts, améliorer le BFR ou optimiser les capitaux propres. La responsabilité de l’expert-comptable reste intacte. « L’IA ne doit pas remplacer les professionnels de l’expertise comptable, mais plutôt les assister dans leur travail quotidien », note Fabrice Heuvrard5.

Un usage en cabinet à encadrer

Une fois que l’on est familiarisé avec les arcanes du prompt, la tentation est d’en vouloir toujours plus. Jusqu’à un certain point : selon l’enquête Ifop, 75% des utilisateurs des IA génératives ne pensent pas que ces outils puissent automatiser plus de 30% de leurs tâches professionnelles dont 46% qui pensent qu’elles ne pourraient pas automatiser plus de 10% de leurs tâches professionnelles.

Il faut surtout garder à l’esprit les limites du robot.

Il en va ainsi des « hallucinations », c’est-à-dire des réponses fausses ou fantaisistes, mais présentées comme vraies. Elles sont dues au mode de fonctionnement : l’IAG génère les textes de réponses à partir des mots les plus probables. Si « le plus probable » est faux, le résultat le sera aussi. Et lorsque l’IA, qui est obligée de répondre quelque chose à une requête, ne sait pas…, elle invente ! La vérification (collaborative si possible) s’impose en cas de doute.

Plus cruciale, la confidentialité des données transmises : « Les prompts doivent être anonymisés, et les utilisateurs doivent s’assurer qu’ils ne contiennent pas d’informations qui pourraient être considérées comme des données personnelles ou sensibles des clients du cabinet », rappelle Fabrice Heuvrard. Attention donc à ne pas nourrir l’IA avec des e-mails de clients, des fichiers d’écritures comptables ou des DSN non anonymisées.

Prompter, cela s’apprend ! La maîtrise de l’intelligence artificielle générative est clé pour tous les cabinets aujourd’hui. Aux experts-comptables de cadrer son usage et d’encourager son apprentissage individuel et collectif.

L’IA au service des cabinets d’expertise-comptable

  • Comment utiliser ce potentiel ?
  • Quelles sont ses conséquences pratiques ?
  • Par où commencer ?
  • Comment gérer la transformation ?

Autant de questions auxquelles nous avons souhaité apporter notre éclairage et celui de cabinets déjà passés à l’IA.

Télécharger l'ebook

 

_______________

1 https://24pm.com/gpt/prompts-gpt/1115-liste-de-prompts-pour-les-comptables
2« ChatGPT : un outil incontournable pour l’expert-comptable de demain », podcast Marketing du cabinet comptable. www.youtube.com/watch?v=GYXh0W25gYY
3 Par exemple « Liste de prompts pour les comptables » https://24pm.com/gpt/prompts-gpt/1115-liste-de-prompts-pour-les-comptables ; ou https://www.networkconseil.fr/elementor-page-datterrissage-199230/ ; ou https://go.incwo.com/blog/chatgpt-redigez-des-prompts-efficaces/
4« ChatGPT : quels cas d’usage pour la profession comptable ? », Revue française de comptabilité. https://revuefrancaisedecomptabilite.fr/chatgpt-quels-cas-dusage-pour-la-profession-comptable/
5 « ChatGPT : un outil incontournable pour l’expert-comptable de demain », podcast Marketing du cabinet comptable. www.youtube.com/watch?v=GYXh0W25gYY