Nous sommes allés à la rencontre d’Alexandre Gaudon, Trésorier de la coopérative Le Gouessant, un Groupe coopératif agricole breton. Le Groupe comporte plusieurs filiales avec des spécificités fortes dans le bio, l’aquaculture et les fermes d’excellence (Les Fermes 4 Soleils). Engagé dans une agriculture plurielle et durable, le Groupe possède plus de 50 ans de savoir-faire en nutrition animale, conduite d'élevage et des cultures.

Le Gouessant en chiffres

      • 954

        millions d’œufs commercialisés

      • 605 000

        porcs commercialisés

      • 12

        millions de volailles de chair commercialisées

      • 627

        M€ de CA

Le saviez-vous ? C’est Le Gouessant qui innove, en 1985, en imprimant la date du jour de ponte directement sur la coquille, innovation qui sera généralisée ensuite dans toute la filière œuf française.

 

Alexandre Gaudon travaille depuis plus de 20 ans au sein du Groupe. Après avoir été Responsable du contrôleur de gestion, il est désormais Trésorier Groupe et connaît en profondeur les enjeux de la direction financière. Présent dès la genèse du projet de mise en place de la trésorerie, il nous livre ici son retour d’expérience sur les raisons du choix de Cegid Treasury.

La Direction Financière dans le Groupe, c’est une équipe de 50 personnes mobilisées chaque jour, pour répondre aux clients, aux adhérents et partenaires. Une organisation dynamique, concentrée pour se positionner en véritables business partners, où l’on cherche la polyvalence, mais dans un cadre de workflows sécurisés.

 

1 – Le contexte avant Cegid Treasury

Le projet trésorerie est né du constat que nous avions besoin d’industrialiser nos process. Nous possédions plusieurs modules épars, alors qu’il fallait maintenir les interfaces dans chacun d’eux, ce qui était chronophage. Nous avons lancé un appel d’offres en 2020 et avons retenu Cegid Treasury.

 

2 – Pourquoi le choix de Cegid Treasury ?

-> Son aspect modulaire

C’est la capacité et l’agilité de la solution à rajouter plusieurs fonctionnalités, brique par brique, pour construire un outil complet au fil de nos besoins, qui nous a conquis.

  • La communication bancaire : nous avons tout d’abord mis en place l’outil de communication bancaire, avec la brique des pouvoirs bancaires, puis le module conformité de lutte contre la fraude.
  • Le cash management a ensuite été mis en place pour la trésorerie quotidienne. Nous avons donc une solution complète qui permet aussi de gérer la dette, les placements, la devise, la gestion des intra-groupe.

-> Sa facilité et puissance d’exploitation des données

L’environnement est facile d’appréhension, avec une interface graphique claire et puissante. En tant qu’ancien contrôleur de gestion, je suis attaché à Excel et j’apprécie réellement qu’on puisse tout migrer : imports, exports, reportings,… Les données sont facilement exploitables, comme dans un tableau croisé dynamique géant.

C’est une aide à la prise de décision opérationnelle et aux échanges avec la direction, comme avec le business.

 

3 – Et demain ? Des prévisions de trésorerie ?

Avec l’actualité internationale, nous sommes impactés par la volatilité des prix des matières premières, notamment sur le prix du blé, …

Objectif : améliorer le BFR et diffuser la culture cash

Le Besoin en Fonds de Roulement augmente, et nous devons pouvoir l’anticiper. Pour ce faire, il nous faut une capacité à avoir une approche plus industrialisée du cash-flow.

Les prévisions moyen terme à 3 mois sont aujourd’hui construites dans Excel, mais nous souhaiterions ajouter plus de contributeurs pour descendre la culture cash dans le groupe.

  1. Collaborativité : faire un feedback aux contributeurs sur leurs prévisions. Les contributeurs ne doivent pas être des “remplisseurs” de données, mais être en mesure de comprendre l’origine de leurs écarts, ce qui est bien plus enrichissant.
  2. Amélioration continue de la prévision : avec l’intégration du réalisé, on rentre dans un système vertueux et qui améliore la prévision au fur et à mesure avec du rolling forecast.
  3. Choix du bon degré de granularité pour ne pas complexifier le modèle et le rendre simple à maintenir. Nous ne voulons pas d’une “usine à gaz” !
  4. Accélération du temps de collecte : nous passons trop de temps à capter la donnée au lieu de l’analyser. Une solution qui permet cette industrialisation nous fera gagner vraiment du temps.

Cegid Treasury avec son module Cash Forecasting, répond aux enjeux de cette prévision à moyen terme et nous aurons ainsi une offre qui couvre vraiment tous les spectres de la Direction Financière du Groupe.

Retrouvez notre échange en vidéo lors des journées Finance Révolution, organisées par Daf Event :