Logiciel SaaS

Top 5 des idées reçues sur la création d’entreprise en 2023

Retour aux ressources

Gestion de la petite entreprise

02 mai 2023

Le cap du million d’entreprises créées en France a été franchi en 2022. C’est historique, surtout lorsque l’on sait que ce chiffre a quasiment doublé en 7 ans¹. Chaque jour de l’année 2022, près de 3 000 entreprises ont vu le jour² !
Bien sûr, il faut se réjouir de toute progression de l’esprit d’entreprise, mélange d’innovation et de prise de risque. C’est le signe d’une société vivante, libre, et donc créatrice ! Faut-il pour autant s’arrêter là dans l’analyse ? Si on regardait ce qui se cache derrière ce chiffre ?
Examinons 5 idées reçues sur la création d’entreprise³.

6 min

Top 5 des idées reçues sur la création d’entreprise en 2023

1 % des créations d’entreprises réalisées en 2022 sont le fait de micro-entrepreneurs.

Source : INSEE

Entre le 4e trimestre 2021 et le 4e trimestre 2022, 1 071 881 entreprises (y compris les micro-entrepreneurs) ont été créées.  

 

Les créations d’entreprise concernent-elles des SARL et SAS ou des entreprises individuelles ?

Si le régime micro-entrepreneur regroupe l’essentiel des créations, il n’est pas le seul plébiscité. Les formes sociétaires, comme la SARL et surtout la SAS, représentent tout de même plus d’une création d’entreprise sur 4, et rencontrent de plus en plus de succès⁴. 

Entre la simplicité du micro-entrepreneur et la protection du patrimoine offerte par les sociétés, l’entreprise individuelle « classique » est en perte de vitesse, et ne représente plus qu’environ 1 création sur 10.  

Mais avec la réforme du statut de l’entrepreneur individuel, il sera intéressant de voir si cela change la donne. 

 

Courbe des créations d’entreprises

 

2. Idée reçue n°2 : les chauffeurs VTC et les livreurs sont les seuls créateurs d’entreprises en France 

Faux !

En valeur absolue, les travailleurs des plateformes représenteraient environ 200 000 à 300 000 personnes sur un total de plus de 4 millions d’entreprises en France⁵. 

 

Quels sont les secteurs en croissance dans la création d’entreprise ? 

Dans le million d’entreprises créées en 2022, les secteurs les plus représentés (et en forte progression) sont :  

  • Les activités spécialisées, scientifiques et techniques (+ 15 %), avec d’excellents scores du côté des métiers du conseil, des community managers et des infographistes ;  
  • Les activités de services administratifs et de soutien (+ 23 %), avec en particulier le nettoyage, le petit bricolage, ou les services administratifs de bureau ; 
  • Les « autres services aux ménages » (+ 15 %), qui incluent notamment les coachs, les naturopathes, les tatoueurs, ou les activités de soins de beauté et d’entretien corporel. 

Malgré une conjoncture difficile, les créations d’entreprises atteignent un nouveau record au mois de novembre 2022. Ce n’est pas le fait des seules micro-entreprises. Et cela ne s’explique pas par les livraisons à domicile, le secteur où les créations s’essoufflent. En revanche, forte croissance des créations dans le soutien aux entreprises, notamment les activités de conseil.  

Jean-Luc Tavernier, directeur général de l’INSEE

Quels sont les secteurs en croissance dans la création hors micro-entreprise ?  

Plus de 170 000 créations d’entreprises comptabilisées pour les secteurs du commerce et de la réparation de véhicules, des activités spécialisées, scientifiques et techniques, et de la construction.

On constate également que les secteurs les plus dynamiques sont : 

  • L’industrie (+ 35 %) 
  • Les arts, spectacles et activités récréatives (+ 17 %) 
  • Les activités de services administratifs et de soutien (+ 16 %)  
  • L’enseignement (+ 16 %).  

 

Créations d’entreprises par secteur d’activité en 2022

 

Pourquoi certains secteurs d’activité reculent ?

A contrario, les secteurs dans lesquels les créations d’entreprises reculent le plus fortement sont le commerce (-14 %) … et les transports (-35 %). Or cette dernière catégorie regroupe justement, on le rappelle, les fameux livreurs et chauffeurs, qui reviennent dans toutes les conversations sur la création d’entreprise.  

Ce mouvement de recul s’explique notamment par une « correction » après la crise sanitaire, qui avait vu exploser la demande de ce type de services.  

Factuellement, il est donc faux d’affirmer que la création d’entreprise est uniquement portée par ce type d’activité.  

Je crée ma boite : l’essentiel pour se lancer dans l’aventure entrepreneuriale 

Il est maintenant temps de vous organiser et de créer votre entreprise dans les règles de l’art. Pour vous aider à la traverser facilement, nous vous avons préparé un mode d’emploi complet, à suivre pas à pas. Laissez-vous guider ! 

Téléchargez l'ebook !

3. Idée reçue n°3 : la création d’entreprise réduit la précarité au travail et le mythe du salarié déguisé

En partie vrai !

[Le régime micro-entrepreneur] abolit, d’une certaine manière, la lutte des classes. Il n’y a plus d’exploiteurs et d’exploités. Seulement des entrepreneurs : Marx doit s’en retourner dans sa tombe.

Hervé Novelli, à l’origine du régime de l’auto-entrepreneur.

Au moment de l’entrée en vigueur de ce nouveau régime, en 2009, il était secrétaire d’État, et se montrait pour le moins enthousiaste. 

 

Le statut du micro-entrepreneur est-il un facteur d’émancipation financière ou de paupérisation ?

Le chiffre d’affaires moyen des micro-entrepreneurs s’élève à 15 800€ à l’année. Si en plus, on tient compte des charges sociales, on constate qu’on est loin d’une situation financière confortable. Il est vrai que la part de micro-entrepreneurs qui vit uniquement de cette activité augmente6, et c’est très encourageant.  

Les dernières données démontrent que près de 7 micro-entrepreneurs sur 10 ont d’autres sources de revenus.

Un chiffre qui permet de relativiser l’image du créateur d’entreprise autonome financièrement et libéré du salariat.  

Par ailleurs, la situation des travailleurs des plateformes, soulève effectivement de nouvelles problématiques liées aux conditions de travail, à la protection sociale, ou à l’objectivité des algorithmes qui déterminent le chiffre d’affaires de ces entrepreneurs d’un nouveau genre. Dans ce domaine, les droits peuvent encore évoluer.  

 

4. Idée reçue n°4 : l’égalité femmes/hommes est favorisée dans les nouvelles créations d’entreprises

Vrai et faux.

Si la création d’entreprise peut effectivement être un vrai facteur d’émancipation, le monde de l’entrepreneuriat reflète malheureusement les inégalités de la société, et notamment les inégalités femmes/hommes. 

Dans un rapport récent⁷, l’Assemblée nationale faisait le constat « d’une sous-représentation structurelle des femmes dans les projets de création d’entreprises ».  

Certes, elles sont à l’origine de 45 % des nouvelles entreprises et la tendance est à la hausse. Toutefois, sur le plan sectoriel, on constate de grandes inégalités : on trouve ainsi 77 % d’entrepreneuses dans le secteur des autres services aux ménages mais 26 % seulement dans celui de l’information et de la communication ! 

Contrairement à ce qu’on pourrait penser, la situation est pire encore dans le monde des startups

Depuis 2008, seules 5 % de ces entreprises ont été fondées par une équipe entièrement féminine et 10 % par une équipe mixte

On le voit, il reste encore beaucoup à faire dans ce domaine.  

Le Calendrier des Entrepreneurs : votre agenda de l’année ! 

Comptabilité – RH – Événements : toutes les dates à retenir pour gérer efficacement votre entreprise.  

  • Un calendrier élaboré par nos experts de l’entreprise 
  • La possibilité d’intégration à votre agenda professionnel en ligne 
  • Un outil pratique pour vous faire gagner du temps
Téléchargez le calendrier

5. Idée reçue n°5 : le nombre de faillites d’entreprises augmentent

Faux.

3 entreprises sur 4 sont toujours actives trois ans après leur création, et 6 sur 10 après cinq ans.

Toutes les entreprises ne sont pas logées à la même enseigne : les sociétés sont plus pérennes que les entreprises individuelles. A contrario, les micro-entreprises sont plus fragiles : seule 1 sur 3 est toujours active après 5 ans.  

Là encore, on constate de grandes disparités en fonction du secteur, du capital de départ, et de l’âge du créateur. Rappelons tout de même que dans la plupart des cas, les faillites sont dues à un déficit de trésorerie.  

 

Quelles sont les prévisions de création d’entreprise pour 2023 ?

On l’a vu, le nombre de créations d’entreprises en 2022 est historique. Toutefois, le rythme des créations ralentit, avec une hausse de 2 % en 2022, contre + 17 % l’année précédente.  

Le mois de décembre 2022 est particulièrement symptomatique de ce ralentissement. En décembre 2022, les créations d’entreprises ont reculé pour la première fois après 6 mois de hausse continue. Dans le même temps, les défaillances d’entreprises, prises entre l’inflation et le paiement des « dettes Covid » ne vont faire que croître… et les TPE seront particulièrement touchées. Entreprise nouvelle ou pas, il faudra de toute façon surveiller de près sa trésorerie en 2023.  

Finalement, faut-il se réjouir ou s’inquiéter de ce million d’entreprises créées ? Les deux !  

On ne peut que saluer ce dynamisme économique, incontestable, mais il est tout aussi important de garder un regard lucide sur ces chiffres, sans fermer les yeux sur des réalités sociales parfois complexes.  

 

Vous voulez en savoir plus sur l’actu des entrepreneurs ?

Suivez Grégory Desmot sur LinkedIn.

Sources et mentions :  

  • ¹ + 90% entre 2017 et 2022  
  • ² On compte au total 1 071 900 entreprises créées en 2022. 
  • ³ Sauf mention particulière, les chiffres cités dans cet article sont ceux de l’INSEE 
  • + 5% entre 2021 et 2022 
  • Rapport d’information déposé par la Commission des affaires européenne de l’Assemblée nationale sur la protection sociale des travailleurs des plateformes numériques 
  • Elle est passée de 12% pour les micro-entreprises créées en 2010 à 35% pour celles créées en 2014 
  • Rapport d’information – Assemblée Nationale – L’égalité économique et professionnelle, par Marie-Pierre Rixain et Laurence Trastour-Isnart 
  • Chiffres issus du baromètre SISTA/Boston Consulting Group (BCG), cité dans le même rapport parlementaire. Plusieurs publications de Bpifrance et de Femmes business angels, réseau présidé par Florence Richardson, détaillent ce constat. 

Difficile de faire plus facile avec les solutions
de gestion Cegid 
 

Simplifiez la gestion de votre activité et gagnez en visibilité sur la situation financière de votre entreprise.  

En savoir plus

Rien de tel qu’un échange de vive voix pour comprendre les enjeux de votre
projet et vous présenter la solution qui répondra à vos attentes.

Contactez-nous