Sources de financement : les 7 meilleures pour les créateurs d’entreprise

On aurait pu penser que le contexte économique défavorable provoquerait une baisse vertigineuse des créations d'entreprises. C'est en réalité tout l'inverse ! Selon l'INSEE, près de 850 000 sociétés ont vu le jour en 2020, soit 4 % de plus qu'en 2019. Bien que l'écosystème français soit l'un des plus favorables à l'entrepreneuriat, le financement pour la création d'entreprise reste une problématique difficile à aborder. Où chercher ? À qui s'adresser ? Pour vous aider à y voir plus clair, voici les 7 meilleures sources de financement pour les créateurs d’entreprise existantes à ce jour.

Crédit bancaire : la solution de financement classique

Lorsqu’un porteur de projet écrit sa liste de sources de financement potentielles, le prêt bancaire est certainement la première idée qui lui vient à l’esprit ! Tout le monde connaît cette solution, mais est-ce vraiment la plus efficace et la plus accessible ?

Pour obtenir un crédit, vous devrez convaincre la banque de la viabilité de votre projet en présentant un business plan solide et un bilan prévisionnel réaliste. Vous devez leur prouver que vous aurez la capacité de rembourser vos échéances, ce qui peut être difficile à réaliser si votre projet est innovant et que le marché est encore à défricher.

Notre conseil

Soyez attentifs aux taux d’intérêt ! N’hésitez pas à les négocier et à faire jouer la concurrence. Soyez particulièrement vigilant sur le taux proposé en cas de besoin ponctuel de trésorerie : cela vous coûtera très cher s’il est trop élevé. Pensez également au fait que la situation géopolitique et la conjoncture économique jouent un rôle important sur les variations de taux. Il est parfois préférable d’attendre ou de se tourner vers des solutions plus stables.

 

Crowdfunding : une solution de financement participative

Le crowdfunding est un type de financement créé au 19siècle : il a notamment servi à soutenir le projet de création de la Statue de la Liberté ! Aujourd’hui, si le mode opératoire reste le même, les outils pour rassembler les fonds ont quelque peu changé.

Comme son nom l’indique, le crowdfunding consiste à demander une aide financière à un grand nombre de personnes. Les investisseurs intéressés peuvent participer en donnant une petite somme de soutien ou bien le paiement complet du produit proposé, avant même que celui-ci ne soit fabriqué.

Pour gérer les campagnes de crowdfunding, de nombreuses plateformes digitales telles que Ulule, Leetchi ou encore Kiss Kiss Bank Bank ont vu le jour.

Cette solution est principalement utilisée pour financer un projet de lancement de produit. Pour remercier les donateurs et les faire patienter, l’entreprise leur envoie des échantillons, des essais gratuits, des promotions, etc.

Le crowdfunding est particulièrement adapté aux petites entreprises qui ont peu de moyens, mais qui peuvent compter sur les réseaux sociaux pour faire connaître leur produit susceptible d’intéresser un grand nombre de consommateurs.

Notre conseil

Une campagne de crowdfunding ne s’improvise pas ! Établissez une stratégie solide et mettez en place un suivi des donateurs. Récoltez leur avis sur votre produit : sont-ils satisfaits ? Leurs attentes sont-elles comblées ? Exploiter les commentaires positifs vous fera gagner en notoriété et vous donnera plus d’arguments pour obtenir d’autres types de financement.

 

Prêt participatif : se faire financer par un organisme

Le prêt participatif peut être obtenu auprès de différents organismes financiers et d’aides à la création d’entreprises. La liste des investisseurs possibles est assez longue et ne vous laisse que l’embarras du choix :

  • l’État,
  • des établissements de crédit,
  • des sociétés commerciales,
  • des établissements publics dont la liste est fixée par décret en Conseil d’État,
  • des sociétés et mutuelles d’assurance,
  • des associations sans but lucratif,
  • des organismes de retraite complémentaire,
  • des institutions de prévoyance.

Le prêt participatif s’adresse aux entreprises qui souhaitent solidifier leur structure financière sans pour autant céder leurs capitaux propres. Cette solution est un véritable tremplin de financement : elle permet d’obtenir une première participation qui ouvrira la porte à des prêts complémentaires auprès d’autres organismes de crédit comme les banques.

À noter

Le prêt participatif ne concerne pas les entreprises, personnes morales comme personnes physiques, qui exercent une activité civile, en particulier une activité libérale ou agricole.

 

Les fonds propres : une source de financement pour garder votre indépendance

Financer un projet avec les fonds propres de l’entreprise consiste à utiliser son capital social qui est constitué :

  • Des sommes versées par les actionnaires lors de la constitution de l’entreprise,
  • Des réserves correspondant aux résultats accumulés et non distribués en dividendes.

Toucher au capital de votre entreprise peut être risqué, mais en contrepartie, vous restez totalement autonome. Seuls les actionnaires sont concernés et vous ne dépendez d’aucun autre organisme.

Notre conseil

Lorsque vous créez une entreprise, la phase de développement peut s’avérer particulièrement longue. Pour éviter de sortir un premier résultat négatif qui viendrait dégrader les fonds propres, vous pouvez prolonger exceptionnellement le premier exercice. Vous avez le droit à 23 mois maximum, ce qui vous laisse le temps de faire décoller votre activité.

 

Love money : comptez sur vos proches

Avez-vous déjà pensé à vos proches pour soutenir votre projet ? Le love money est un mode de financement qui fait jouer les liens du cœur : votre famille, vos amis ou encore vos abonnés sur les réseaux sociaux. Vous pouvez faire appel au love money pour une création ou une reprise d’entreprise, mais aussi en cas de coup dur comme une trésorerie négative due à une facture impayée par exemple.

En moyenne, cette méthode de financement permet de collecter entre 20 000 € et 50 000 €.

Notre conseil

Vous connaissez l’adage : les bons comptes font les bons amis… Pour éviter tout malentendu, les conditions du prêt doivent être clairement établies. Faites en sorte de laisser des traces écrites et officielles pour les dons de somme d’argent, la participation au capital ou les prêts d’argent entre particuliers.

 

Business Angels : confiez votre projet à des anges !

Les Business Angels sont généralement d’anciens chefs d’entreprise expérimentés souhaitant soutenir et guider de jeunes entrepreneurs avec leurs propres fonds. Ils ne se contentent pas de leur apporter un financement : ils les accompagnent tout au long de leur projet de création d’entreprise en leur offrant des conseils et leur réseau.

Il s’agit donc d’une solution très intéressante pour les jeunes entreprises qui manquent de tout, c’est-à-dire d’argent, d’expérience et de relations.

Le Business Angel est par essence un preneur de risque : il finance le projet sans aucune garantie de retour sur investissement. Il est donc essentiel de rédiger explicitement les conditions du financement et de l’aide apportée.

Notre conseil

Pour trouver un Business Angel, il faut avant tout utiliser son propre réseau. Il est également recommandé de s’adresser à des leveurs de fonds qui disposent de listes d’investisseurs potentiels. Les Business Angels forment généralement des réseaux d’investisseurs informels ou organisés. En convaincre un permet d’accéder aux autres.

 

Aides de l’État : les coups de pouce publics ou privés

Les aides venant de l’État se présentent généralement sous forme de subvention ou d’allègement fiscal. Elles sont variées et s’adressent à différentes situations.
Il y a par exemple le NACRE ou nouvel accompagnement à la création et à la reprise d’entreprise. Il s’agit d’un prêt à taux zéro réservé aux jeunes âgés de moins de 30 ans sur une période de 5 ans.

Il existe également des aides privées comme les prêts d’honneur qui sont proposés par des acteurs associatifs souhaitant soutenir les idées et solutions innovantes. Ces crédits à taux zéro ne nécessitent aucune garantie ni caution.

L’entrepreneuriat ne s’est jamais autant bien porté en France. Pour répondre aux besoins des chefs d’entreprise, les méthodes de financement se multiplient. Elles ont toutes leurs avantages et leurs inconvénients, mais surtout elles s’adressent à différents types de situations. Choisissez celles qui correspondent le mieux à vos besoins et votre projet. Une fois votre financement trouvé, l’aventure peut enfin commencer : et d’autres défis vont se présenter à vous comme la gestion commerciale, comptable ou trésorière.

Découvrez toutes les solutions de gestion d’entreprise Cegid pour entrepreneur & TPE !