Experts-Comptables

Après la crise, de nouveaux réflexes pour repartir plus fort

20 Mai 2020

Quels sont les enseignements à tirer du confinement ? Qu’est-ce que la situation a changé dans l’organisation de la production ? Dans le rapport au travail ? Dans la relation à la clientèle ? Comment pérenniser les bonnes pratiques qui ont pu se développer dans la nécessité ?

Le confinement n’a pas été une période de cocooning pour les dirigeants d’entreprises. Pas plus que pour leurs experts-comptables, lesquels ont dû faire face à la situation, conseiller leurs clients dans l’urgence, réorganiser le travail de leurs équipes… et même boucler les bilans !

Pour autant, on ne gardera pas que de mauvais souvenirs de cette période difficile. Elle a été – et elle est encore – l’occasion de démontrer à ses clients son rôle de premier conseil, mais aussi de repenser son management, de découvrir les capacités du télétravail, de resserrer les liens avec ses collaborateurs. Autant d’enseignements qui seront bien utiles pour rebondir.

Le télétravail : une bonne surprise à pérenniser

Pour beaucoup de cabinets, ce fut pratiquement une découverte : le télétravail, non seulement c’était possible techniquement avec le cloud, mais cela pouvait aussi s’avérer très productif. A Lille dans le cabinet de Delphine Loyseau, par exemple, on avait mis en place une Charte du télétravail, mais personne n’avait jamais demandé à en bénéficier. Pour la dirigeante, « c’est peut-être une occasion de décrisper le sujet. Car dans notre activité, c’est réalisable ». Ici comme ailleurs, si certains travaux d’audit ont pu être retardés pour cause de bureaux fermés, le flux de la production comptable et sociale a généralement pu se dérouler sans trop de difficulté.

Chez les collaborateurs, la prise de conscience est tout aussi sensible. L’obligation de confinement sans préparation préalable les a plongés du jour au lendemain dans les bons et les mauvais côtés du télétravail. Mais une fois passées les premières semaines, chacun a pu constater ses avantages en termes de vie familiale, de temps gagné en déplacements et de gestion de ses obligations personnelles. Avec cependant, et pour presque tous, l’envie de garder des contacts réels et réguliers avec ses collègues – le tout-télétravail n’est pas forcément à l’ordre du jour.

La longueur du confinement a en tous cas fait passer le télétravail de l’exceptionnel au structurel – accélérant ainsi l’adoption de nouvelles pratiques de collaboration, plus autonomes et plus flexibles.

Comment réinventer une relation client de qualité ?

Les raisons de l’éloignement et les moyens de la reconquête.

Le Cloud a démontré son efficacité

Les cabinets qui géraient déjà leur production dans le Cloud ont trouvé une raison de plus de se féliciter de leur décision. « Je n’aurais jamais pu gérer un serveur, des sauvegardes, etc. Je suis d’autant plus satisfaite de mon choix qu’avec le Cloud, nous étions prêts, par défaut, à gérer la production comptable à distance », témoignait ici-même Delphine Loyseau.

La crise sanitaire a accéléré le mouvement

Delphine Loyseau

expert-comptable, Cabinet Loyseau

Et ceux qui n’y étaient pas encore ont basculé quand il a fallu trouver une solution pour continuer à travailler à distance. Ce fut le cas de Claire Labeau, expert-comptable au cabinet Labeau dans la banlieue de Bordeaux : « Nous savions qu’il nous faudrait passer en SaaS un jour ou l’autre, mais c’est la crise sanitaire qui a accéléré le mouvement. La production comptable s’effectue désormais via le Cloud, et ça fonctionne très bien ! », conclut-elle.

L’essayer c’est l’adopter ? L’accès à toutes les données y compris quand on n’est pas au cabinet, la continuité de service, la réactivité au niveau du conseil, la fin de beaucoup d’obligations de maintenance et de sécurité informatique… On dirait bien que dans l’obligation de franchir le pas, les avantages ressentis aient été bien supérieurs aux réticences préalables.

Comment le cabinet Labeau est passé au Cloud en une matinée ?

Les raisons de l’éloignement et les moyens de la reconquête.

Une relation client renforcée

Les inquiétudes des entreprises ont été – et sont toujours – à la hauteur de la situation. Elles se sont naturellement tournées vers leur expert-comptable, quand elles avaient la chance d’en avoir un. Chômage partiel, prêts garantis par l’état, report de charges, congés obligés, renégociation d’emprunts, et toutes les mesures destinées à soutenir l’économie ont dû être analysées, expliquées et mises en place. Le rôle de conseil de l’expert-comptable sortira renforcé de la crise. Il lui restera à apprendre à le vendre par la suite : en face à face, par des newsletters, sur les réseaux sociaux…

La trésorerie est le premier souci des dirigeants et elle promet d’être mise à rude épreuve. Mais pour disposer de plans de trésorerie à jour et prendre les décisions de gestion en rapport, il faut disposer de chiffres et de pièces… tout aussi à jour. Il a fallu alors aux clients s’adapter et modifier leurs habitudes de transmission. L’occasion d’instaurer une nouvelle autodiscipline, grâce à une plus juste conscience du rôle de l’expert-comptable et du rôle stratégique de sa mission ?

La dématérialisation des pièces devrait s’amplifier encore. Les logiciels comptables dotés d’Intelligence Artificielle, en robotisant leur archivage et leur affectation, viendront finir de fluidifier les échanges et se rapprocher encore un peu du temps réel.

Claire Labeau illustre : « Nous pourrons donner un accès direct à leur dossier aux clients qui ont un comptable à demeure ; ainsi (…) ils seront en capacité de consulter leur comptabilité, et d’obtenir ainsi une réponse immédiate à certaines questions – par exemple pour vérifier qu’un fournisseur a été payé ou non ».

Mon expert-comptable : un phare dans la crise

Les raisons de l’éloignement et les moyens de la reconquête.

Un management plus actif

Le partage de l’information a montré son importance dans une période où la communication informelle est forcément limitée. Le besoin de se réunir régulièrement pour partager situation, objectifs, initiatives… s’est fait particulièrement sentir. Beaucoup de cabinets qui n’avaient pas l’habitude de réunions d’équipe s’y sont mis, et les points individuels se sont multipliés, pour traiter des dossiers en cours, des urgences, des questions particulières, etc.

La crise a pu mettre en lumière le niveau d’autonomie atteint par les différents collaborateurs, tant en termes de technicité qu’en terme d’organisation. « On peut avoir des collaborateurs qui savent très bien se gérer tous seuls. D’autres qui ne s’intéressent qu’à leurs comptes. Et d’autres qui sont très bons techniquement, mais toujours très serrés dans leurs délais ! Il faut donner du rythme à ceux qui ont le moins de repères, faire monter en qualité d’organisation les bons profils techniques, et inversement », commente Antoine Racineux, DG du cabinet Avencia en Vendée.

Le champ est ouvert pour les méthodes de management propres à attirer et retenir les talents d’aujourd’hui. Avec à disposition de nouveaux outils désormais au point : « Aujourd’hui, on peut télé-tout-faire, même la téléformation des alternants ! » conclut l’expert-comptable. De fait : même le 75ème congrès de l’Ordre sera virtuel !

WEBINAR : Comment réussir la digitalisation de votre cabinet ?

Bonnes pratiques et erreurs à éviter.