Retail & Fashion

Cinq profils de consommateurs passés au crible

23 Jan 2017

Une récente étude s’est attachée à décrypter les comportements et styles de vie émergents.  Au programme : cinq profils de shoppers et une série d’innovations marketing qui leur sont dédiées.

Quel est le profil type de vos clients ? Grace à une communauté de plus de 900 éclaireurs répartis dans 15 pays, le cabinet Soon Soon Soon a identifié cinq profils de consommateurs afin d’aider les retailers à mieux comprendre leurs clients. De l’individualiste au plus collectif et du plus « stable » au plus émotif, voici un passage en revue de ces différents profils ainsi que des innovations techniques qui peuvent les accompagner dans leur acte d’achat.

Le vigishopper : le rationnel

Pragmatique, le vigishopper prend le temps de comparer et de rechercher des informations sur les produits. Il est à la fois attentif aux prix mais aussi aux différents composants présents dans  ce qu’il consomme. Cette vigilance se traduit parfois par la revendication de correction sur les étiquettes et la prise de position sur les forums même si ce n’est pas un profil particulièrement connecté selon Soon Soon Soon.

Quelle innovation pour le vigishopper ?

Tellspec est une appli qui fonctionne comme un Shazam alimentaire. Son principe ? Pointer son smartphone vers un produit pour qu’il analyse sa composition. Présence de gluten, de résidus d’arachides, de produits chimiques, calories, vitamines… Tellspec fournit toutes les informations à connaître avant d’acheter un aliment qu’il peut scanner même à travers le verre ou le plastique !

Le slowshopper : le bobo écolo

Appui inconditionnel du commerce de proximité, le slowshopper prend en compte des critères sociaux et environnementaux pour élaborer ses achats. Constamment en quête de sens lors de ses achats, il prendra plaisir à parcourir les marchés et les brocantes où les produits locaux auront à ses yeux plus de « charme ». Citadin, il appartient généralement à la catégorie CSP+.

Quelle innovation pour le slowshopper ?

Située à Bordeaux, La Recharge est la première épicerie de quartier à fonctionner sans emballages jetables. On y propose en vrac tous les produits locaux du quotidien. Chacun est libre d’y apporter ses propres contenants pour les remplir à sa guise. Le prix des produits est fixé selon leur poids.

Le socialshopper : l’ultra-connecté

Leader d’opinion, le socialshopper est un consommateur expert dans un type de produit et qui va illustrer sa compétence sur les réseaux sociaux. Tutoriels, photos, commentaires… il va partager ses impressions avec sa communautés en direct via son smartphone ou sur les forums pour conseiller les autres acheteurs. Jouant le rôle d’influenceur, il peut donc être un excellent ambassadeur pour les marques.

Quelle innovation pour le socialshopper ?

Fin 2013, la marque de prêt-à-porter Urban Outfitters lançait un nouveau programme de fidélisation surfant sur la mode des selfies. Intitulé, FreeMe, celui-ci encourage les consommateurs à se prendre en photo portant les vêtements de la marque puis à les partager avec leur communauté sur Pinterest afin d’obtenir des réductions.

L’emoshopper : le passionné

Constamment à la recherche de sensations fortes lors de ses achats, l’emoshopper conçoit l’acte d’achat comme un moment de plaisir. Il sera donc très sensible aux concept-stores innovants. Pop-up stores, boutiques-univers, nouveaux moyens de paiements… Autant de moyens susceptibles de l’attirer et de le rendre ambassadeur de la marque puisqu’il sera en général enclin à raconter son expérience sur les réseaux sociaux.

Quelle innovation pour l’emoshopper ?

Créée pour Chrome, le navigateur de Google, Myulezak est une appli qui accompagne les consommateurs de e-commerce dans leurs expériences d’achat. L’idée : proposer un module qui permet de recréer l’atmosphère sonore du magasin ou des grands centres commerciaux. Ainsi, les achats en ligne deviennent plus concrets et se rapprochent de l’expérience que l’on peut ressentir dans les magasins physiques.

L’altershopper : le norm-core

Anti-matérialiste, l’altershopper consomme plus par nécessité que par plaisir. Sans tout à fait rejeter les circuits d’achat classiques, il sera sensible aux solutions alternatives comme par exemple le couch-surfing pour les voyages. C’est un shopper généralement difficile à appréhender car il n’est pas attiré par les canaux de publicité classiques.

Quelle innovation pour l’altershopper ?

WorldCraze est une plateforme qui propose de s’appuyer sur une communauté de voyageurs pour acheter à l’étranger un produit introuvable dans son pays. Pour cela, il suffit de poster une annonce sur le site en décrivant le produit recherché et d’attendre qu’un globe-trotteur se propose de l’acheter sur place.

Pour en savoir plus : découvrez l’étude.

 

* Source : le dernier Soonoshot du cabinet de tendances Soon Soon Soon pour Equipmag

Rester informé

Recevoir gratuitement la newsletter Cegid

S'abonner