Experts-Comptables

Les trois âges de la Data : où en êtes-vous ?

7 Oct 2019

Souvent qualifiés de « professionnels du chiffre », les experts-comptables sont appelés à se transformer en « professionnels de la data ». Ils en ont les moyens, car ils disposent de données riches et variées, capables de délivrer bien plus que des tableaux de chiffres et des déclarations fiscales ! Cette montée en maîtrise connait trois étapes : description, prédiction, prescription. Explications.

Longtemps considérées comme un stock de faits, de chiffres et d’informations qui se figeaient une fois créés, les données s’affirment aujourd’hui comme une matière vivante. On leur associe même des termes qui désignent habituellement des humains. Il suffit de parcourir les titres des ouvrages récents qui traitent du sujet : certains s’interrogent sur la stupidité des données, d’autres se demandent si les algorithmes qui les manipulent ont une âme, voire s’ils rêvent, on s’interroge sur leur éthique… Certains vont jusqu’à se demander si l’on peut les recycler comme du compost !

La donnée aussi passe de l’enfance à l’âge adulte

De fait, comme un être humain, les données traversent trois phases au cours de leur vie : l’enfance (« j’observe le monde qui m’entoure »), l’adolescence (« je peux prévoir les conséquences de mon comportement ») et finalement l’âge adulte (« mon expérience et ma sagesse me permettent de conseiller les autres »). Dans le domaine des data, ces trois stades se déclinent en : analyse descriptive, analyse prédictive et analyse prescriptive. Dans son ouvrage sur le Big Data (1), Antoine Denoix résume cette dynamique par « le droit de savoir, le droit de comprendre et le droit de challenger. »

On retrouve cette analogie dans l’évolution du métier des experts-comptables, l’un des plus concernés par la transformation des données. Il passe ainsi de l’expertise technique (« J’observe, j’optimise les flux de données et je les classe dans un plan comptable, via une approche en silos ») à l’expertise financière (« Je peux comprendre les interactions entre les données et leur environnement et anticiper ce qui va se passer, dans un mode collaboratif avec mes clients ») et finalement à l’expertise métier (« Je suis force de proposition et de conseil vis-à-vis de mes clients »). Une évolution qui correspond également à des usages différents des outils technologiques : les tableurs laissent la place à des solutions d’analyse prédictive, à des algorithmes et à de l’intelligence artificielle.

Du classement des données à la recherche de sens

Description. Dans la première étape, l’expert-comptable traite les données, essentiellement pour les consolider en respectant des processus rigides. Le papier n’est pas encore totalement éliminé, mais l’automatisation est à l’œuvre. Par exemple, pour les relations entre les experts-comptables et leurs clients, avec des systèmes dématérialisés : via un portail unifié, les cabinets peuvent stocker et partager avec leurs clients l’intégralité de leurs documents et fichiers (factures en pdf, déclarations, bilans, courriers, PV, documents sociaux…).

Prédiction. Dans la deuxième phase, l’expert-comptable produit des indicateurs pertinents pour accompagner ses clients dans la conduite de leur entreprise. C’est le domaine des tableaux de bord de pilotage et de prévision, de la B.I. et de l’aide à la décision. En quelques secondes, l’expert-comptable peut ainsi non seulement analyser le présent mais aussi se projeter dans le futur. L’Ordre des Experts comptables a par exemple lancé Statexpert, un service de benchmark permettant d’alimenter les tableaux de bord proposés par les experts-comptables à leurs clients.

Prescription. Dans la troisième étape, l’expert-comptable valorise les données pour leur donner du sens. C’est le domaine du Big Data et de l’intelligence artificielle. « Au cœur de tous les flux, l’expert-comptable joue un rôle central aux côtés des dirigeants dans le pilotage de son entreprise quelle que soit son actualité : projets d’investissement, de reprise, de transmission, d’études prévisionnelles, d’organisation patrimoniale… L’expert-comptable le conseille et peut intervenir efficacement auprès de tout son écosystème » a-t-on entendu lors des débats du Congrès de l’Ordre des experts-comptables qui s’est tenu fin septembre 2019 à Paris.

A ce stade, la donnée constitue aussi un levier pour augmenter son propre chiffre d’affaires : par exemple, le cabinet RGA-Sacor (30 collaborateurs) utilise la solution Cegid Expert Intelligence. « Le Big Data est un angle d’approche nouveau pour nous ; l’outil nous permet d’utiliser et de lire la donnée, il ouvre des perspectives en matière d’actions marketing ciblées grâce à une analyse sectorielle plus fine de notre portefeuille clients », assure Laurent El Ghouzzi, expert-comptable au sein de ce cabinet. Il peut ainsi corréler les évolutions du chiffre d’affaires de ses clients avec la facturation du cabinet, pour mettre en évidence les besoins en missions additionnelles.

Les 3 âges de la donnée

Enfance « J’observe le monde qui m’entoure » Description Le droit de savoir
Adolescence « Je peux prévoir les conséquences de mon comportement » Prédiction Le droit de comprendre
Age adulte « Mon expérience et ma connaissance me permettent de conseiller les autres » Prescription Le droit de challenger

 

La maîtrise de la data, clé de l’avenir de la profession d’expert-comptable

Les experts-comptables ne sont pas tous entrés dans la troisième dimension de la Data, mais ils ont tous les atouts pour la maîtriser. Lors des universités d’été 2018 de l’Ordre des experts-comptables de Paris-Île-de-France, Hervé Gbego, expert-comptable et commissaire aux comptes, avait justement rappelé « qu’en tant qu’expert-comptable, on a ce qu’il faut pour appréhender la donnée, pour s’en servir et en tirer profit. » Et à l’édition de septembre 2019, la maîtrise de la donnée a été considérée comme « l’avenir de la profession comptable ». Les intervenants à la table-ronde sur ce sujet ont même insisté sur le fait que l’expert-comptable demeure « le seul acteur économique qui détient autant de données statistiques et stratégiques sur une entreprise et son dirigeant ». Des données riches et variées, puisqu’elles présentent un caractère financier, mais aussi « patrimonial, économique, sociologique, technologique et géographique. »

Les experts-comptables sont encore souvent désignés comme « les professionnels du chiffre ». Cette dénomination va-t-elle tomber en désuétude ? On peut en tous cas anticiper qu’en sachant accompagner la transformation de l’usage des data, ils seront un jour reconnus comme des « professionnels de la donnée » !

(1) Big Data, Smart Data, Stupid Data, Dunod, 2018.
(2) A quoi rêvent les algorithmes ? Ed du Seuil, 2015.
(3) L’empire des données, Ed. Don Quichotte, 2018.
(4) Terra Data, qu’allons-nous faire des données numériques, Ed. Le Pommier, 2017.

Rester informé

Recevoir gratuitement la newsletter Cegid

S'abonner