ERP

Production sur stock : et si vous gagniez en visibilité ?

26 Oct 2018

La bonne santé d’une entreprise passe par la maîtrise de ses stocks et la capacité à anticiper leurs fluctuations. Si plusieurs outils permettent d’ores-et-déjà de répondre efficacement à ces enjeux, l’émergence des puces RFID et de l’IoT ouvre des perspectives inédites. Aujourd’hui encore, nombre de PMI ne sont pas capables d’identifier clairement le contenu de leurs entrepôts. Cette réalité conduit à des ruptures de stocks ou au développement de stocks dormants, aux coûts très élevés pour les entreprises. Aussi imprécis que chronophages, les relevés manuels ne permettent pas d’éviter ces écueils.

Les codes-barres répondent aussi aux attentes de suivi

L’utilisation de code-barres ou de QR Code dans les entrepôts semble une bonne solution pour pallier ce manque de visibilité. Le principe ? En procédant au scan de chaque palette ou produit reçu, l’opérateur relève une série d’informations qui sont intégrées automatiquement dans l’ERP.

Avec la gestion par Wi-Fi ou module radio, le responsable de l’entrepôt et l’ensemble des acteurs concernés disposent ainsi d’une parfaite visibilité, en temps réel, sur l’état des stocks et les besoins de réapprovisionnement. « Intégrer ces informations directement dans le logiciel de gestion a de nombreux avantages, souligne Richard Pignoly, Business Développeur au sein de Cegid. Au premier rang desquels la limitation du risque d’erreurs, le gain de temps et d’argent ou encore la possibilité d’une réelle traçabilité. » En partant du numéro de série du produit final, il est ainsi possible de retrouver le numéro de série des composants, et inversement. Une traçabilité en amont et en aval fondamentale.

ERP et stocks : des modules d’alerte ou de blocage

Plusieurs mécanismes peuvent être intégrés à l’ERP pour optimiser la gestion des stocks :

  • stock minimum : une quantité minimale de l’article est fixée afin de ne jamais tomber en rupture stock. De même, un stock maximal peut être défini.
  • stock de sécurité : le stock minimum augmente pendant la période annuelle de forte demande pour ne pas rater la fenêtre de vente.
  • quantité économique : en dessous d’une quantité minimum de fabrication, produire un article n’est pas rentable ; les charges fixes liées à la mise en production ayant trop d’impact sur le coût de revient. Les stocks des composants de cet article doivent en permettre le lancement en production
  • stock colisé : il permet d’identifier le contenu détaillé des articles par unité de conditionnement (carton, palette, etc…), d’en gérer les mouvements de stock au moment de l’expédition, tout en éditant tous les documents associés (liste de colisage, étiquettes, etc…)

La puce RFID (radio-identification) vous fait gagner du temps lors de vos inventaires

Cette technologie de demain est extrêmement performante pour gérer les stocks non seulement dans les ateliers, mais aussi au sein des commerces eux-mêmes. Intégrées dans les étiquettes des produits, ces puces contiennent un nombre considérable d’informations qui viennent alimenter l’ERP. Autre avantage : elles peuvent être scannées globalement, au moyen de portiques ou de bornes. En un clic, le système identifie les articles contenus dans une palette (identité, taille, couleur, numéro de série, géolocalisation, etc.).

Richard Pignoly insiste sur un autre atout de ces puces : leur utilisation en boutique. « Elles ouvrent d’immenses possibilités, comme par exemple celle de réaliser des inventaires en un temps record ». Le RFID peut aussi permettre de modifier directement le prix lié à une étiquette.
L’expert note cependant que ces puces sont aujourd’hui confrontées à deux limites : leur prix et l’impossibilité de les incorporer à certains produits, tels que les objets métalliques, par exemple. Pour l’heure, le RFID reste quasi-exclusivement utilisé dans les domaines de la grande distribution et du textile.

L’Internet of Things (IoT), votre solution d’avenir

Les industriels commencent à équiper leurs produits de capteurs connectés pour anticiper les besoins en stocks et gérer les opérations de maintenance. C’est notamment le cas des machines à haute technicité : des capteurs se chargent de déceler la dégradation des pièces pour anticiper leur réparation – et donc le stock de pièces détachées à mobiliser pour changer le composant défectueux. Il sera ainsi possible d’intervenir le jour J en limitant au minimum l’arrêt d’activité. Mais l’IoT n’est pas réservé aux outils technologiques de pointe. Des capteurs sont par exemple intégrés à des vannes hydroélectriques. Nul doute que nous vivons actuellement les prémisses d’un mouvement d’ampleur.

Code-barres, puce RFID ou IoT, selon vos besoins et votre secteur d’activité, vous avez toutes les cartes en main pour éviter les ruptures de stock et maîtriser au mieux votre business.

Découvrez pourquoi passer à un ERP ouvert
Regardez la vidéo

Rester informé

Recevoir gratuitement la newsletter Cegid

S'abonner