PMI : Pour quel outil de suivi de fabrication opterez-vous ?

L’analyse de la data représente un enjeu majeur pour les PMI, estime Pascal Jouin, product manager au sein de Cegid. Mais avant d’analyser, encore faut-il collecter. Zoom sur deux outils qui ont fait leurs preuves dans le secteur industriel.

Le Manufacturing Execution System (MES) pour se faciliter la vie

Le MES, ou la gestion des processus industriels, fonctionne sur un principe simple : des capteurs implantés sur les machines de production récupèrent des données diverses et les centralisent en temps réel dans un ERP. Ces informations peuvent être quantitatives (nombre de produits finis, composants consommés, durées…) ou qualitatives (quantités rebutées, produits litigieux, non-conformités éventuelles de production…). Une donnée essentielle pour prendre les bonnes décisions et ajuster sa production, sa gestion des coûts et ses stocks.

« D’un point de vue technique, la mise en place d’un MES ne comporte plus aucune difficulté », précise Pascal Jouin.

La grande majorité des machines sont déjà munies de capteurs, notamment pour leur maintenance. Dans le cas contraire, des acteurs spécialisés seront à même d’incorporer ces récupérateurs de données pour un coût tout à fait raisonnable.

Quand le code-barres répond aussi aux attentes de suivi

Les entreprises de production n’utilisent cependant pas toutes des machines pour effectuer certaines de leurs tâches. C’est notamment le cas des opérations de montage ou de soudure, réalisées la plupart du temps manuellement au sein des PMI. « Dans ce cas, la collecte des données ne peut évidemment pas être totalement automatisée. Ce sont les collaborateurs qui intègrent les informations au sein de l’ERP en scannant des code-barres pour renseigner le début et la fin d’une opération », informe le responsable produit de Cegid.

Le code-barres, comme outil de suivi, permet finalement de récupérer les mêmes données qu’un MES. La collecte de certaines informations – notamment relatives aux quantités (produites, consommées, etc.) – peut toutefois s’avérer légèrement plus contraignante avec des ressaisies d’informations pour les machines non connectées.

Simples codes-barres sur les produits ou capteurs sur les machines de production… Si la collecte des données est différente selon les entreprises, l’accès à de nombreux indicateurs de production rime avec suivi de fabrication. Et donc inévitablement avec productivité.

Découvrez pourquoi passer à un ERP ouvert, regardez la vidéo :


Rester informé

Recevoir gratuitement la newsletter Cegid

S'abonner