Mode d’emploi d’une collaboration vertueuse au sein des directions financières

Créer des synergies, décloisonner les compétences, favoriser la collaboration entre les métiers… Autant de défis concrets que les directions financières doivent prendre à bras le corps pour accroître leur performance, conduire des projets structurants et créer un terreau favorable à la croissance de l’entreprise. Tour d’horizon des 5 points à examiner pour savoir où votre organisation peut encore s’améliorer.

1/ Une collaboration nécessaire entre les experts de la direction financière

Dans une direction financière, une collaboration vertueuse passe d’abord par une communication en continu entre les différents métiers.

Voici plusieurs facteurs favorables à une fluidité et une continuité des échanges entre comptables, fiscalistes et consolideurs :

> Des données financières accessibles à tous, toujours et partout,
> Des responsabilités et rôles clairement définis, assortis de droits d’accès cohérents au système d’information et aux solutions de gestion,
> Des outils de visualisation et de reporting qui améliorent le pilotage et éclairent la prise de décision.

 

2/ Une collaboration active entre le siège et ses filiales en matière de consolidation

Dans les entreprises qui disposent de plusieurs établissements, filiales ou succursales, la consolidation est un révélateur du niveau de coopération. En effet, cette discipline implique des états financiers actualisés et des remontées d’information continues des filiales, à destination du siège.

Idéalement, les processus de consolidation doivent s’appuyer sur un socle structurant au sein de la direction financière :

> Des opérations de saisie sécurisées et des pièces comptables clairement identifiées,
> Un outil capable d’agréger les données de chaque établissement et d’établir un état global en normes françaises et IFRS,
> Une mise à jour en temps réel des évolutions réglementaires grâce au cloud,
> Une mise en exergue des écarts et des pistes d’audit.

 

3/ Une aptitude à répondre sereinement aux temps forts de l’année pour la DAF

La clôture de l’exercice comptable et fiscal est souvent synonyme de surcharge de travail dans les directions financières. Toutefois, ce pic d’activité de fin d’année n’est pas insurmontable.

Voici les bonnes pratiques qui permettent au DAF et aux experts de la direction financière d’aborder sereinement les obligations qui leur demandent une excellente collaboration :

> Des processus de saisie et d’enregistrement sécurisés dans le cloud,
> Des états financiers alimentés et vérifiés tout au long de l’exercice,
> Une mise à jour des règles de fiscalité générale et locale en temps réel et des déclarations automatisées,
> Un pilotage assuré au fil de l’eau par le directeur financier, en lien avec les équipes comptables, le fiscaliste, le gestionnaire des immobilisations et le consolideur.

Ce sont autant d’éléments facilitateurs, fruits d’une collaboration active, qui permettent de respecter les différentes échéances qui s’imposent à l’entreprise : clôture des comptes, déclarations fiscales, audit des commissaires aux comptes…

 

4/ Un dialogue entre la direction financière et la DSI pour accélérer la digitalisation

Parce qu’elle nécessite des outils performants, la collaboration au sein d’une direction financière passe également par un dialogue renforcé entre DAF et DSI, qui travaillent de plus en plus de concert.

Pour mettre en place des échanges constructifs avec ce département de l’entreprise (de plus en plus souvent rattaché à la direction financière), le directeur financier doit :

> Sensibiliser la DSI aux enjeux de la fonction finance (agilité, performance, maîtrise des risques),
> S’assurer de la concordance entre ses priorités et les solutions disponibles sur le marché,
> Etre à l’écoute des problématiques de la DSI (contraintes techniques, politique SI, accès, etc.) et en tenir compte dans l’étude des offres,
> Veiller à ce que les outils présélectionnés avec la DSI correspondent aux besoins des équipes métier : comptabilité, fiscalité (générale, locale) et consolidation.

 

5/ Des experts de la direction financière qui aspirent aussi à d’autres missions !

Enfin, une collaboration vertueuse au sein de la DAF se traduit aussi par des équipes qui sont plus disponibles et motivées pour se consacrer à des travaux à plus forte valeur ajoutée, telles que :

  • Le pilotage financier et la prise de décision à partir d’indicateurs fiables et précis,
  • L’analyse approfondie des données comptables, financières et d’immobilisations,
  • L’identification de pistes de rationalisation et d’optimisation,
  • Le pilotage des impôts de production (dont les taxes locales) et les relations avec l’administration,
  • L’éclairage des décisions stratégiques,
  • L’amélioration constante des processus financiers,
  • Le conseil aux autres métiers de l’entreprise pour optimiser les activités et renforcer l’image positive de la direction financière, alliée des BU opérationnelles.

 

Pour décharger ses équipes d’une partie de la gestion opérationnelle liée à leurs postes, la DAF doit faire les bons choix technologiques :

> Automatiser les tâches chronophages ou qui présentent un risque important d’erreur humaine (saisie, déclarations fiscales manuelles…),
> Opter pour des solutions de gestion fiables et sécurisées en SaaS et éviter le shadow IT,
> Etablir un accès sécurisé à une base de données centralisée et à des outils de visualisation et d’analyse.

Des responsables et experts de la direction financière qui coopèrent mieux et plus naturellement dans le cloud, en mesure de réunir de façon quasi instantanée des données fiables qui faciliteront la prise de décision… Voilà ce qui caractérise la collaboration au sein des nouvelles directions financières, soucieuses d’accompagner leur entreprise dans les périodes de relance, comme dans les phases de forte croissance.

Les 5 facteurs clés de succès pour votre gestion fiscale en 2022 !