Est-ce qu’il est obligatoire d’avoir un logiciel de facturation ?

En 2018, l’écart de TVA français s’est élevé à 12,8 milliards d’euros[1]. Pour réduire ce manque à gagner, le gouvernement a mis en place la loi anti-fraude à la TVA, entrée en vigueur le 1er janvier 2018. L’objectif est simple : limiter la dissimulation de recettes. Pour cela, elle impose aux sociétés assujetties à la TVA l’utilisation d’un logiciel de facturation certifié. Vous voyez cette réforme comme une contrainte ? Pensez plutôt opportunité ! Un logiciel de facturation peut vous faire économiser jusqu’à 30 % du temps que vous consacrez habituellement à vos tâches comptables[2]. Envie d’en savoir plus ? Dans cet article, découvrez pourquoi utiliser un logiciel de comptabilité pour gérer votre entreprise peut transformer votre quotidien.

Qu’est-ce qu’un logiciel de facturation ?

Un logiciel de facturation est un outil qui permet de créer des devis et des factures électroniques en quelques clics, puis de les envoyer par mail aux clients. Mais ce n’est pas tout : cette solution numérique a aussi été conçue pour améliorer la gestion commerciale de votre entreprise. Vous pouvez y visualiser votre stock, vos fichiers clients, vos retards de paiement, votre chiffre d’affaires, etc.

Mais comment savoir si l’outil que vous voulez installer est bien conforme aux normes en vigueur ? Selon la Direction Générale des Finances Publiques (DGFiP), pour être certifié NF525 et donc correspondre aux critères anti-fraude, un logiciel doit donner la possibilité « d’enregistrer extra-comptablement des paiements reçus en contrepartie de vente de marchandises ou de prestations de services ».

 

Le logiciel de facturation est-il obligatoire ?

Toutes les entreprises soumises à la TVA sont obligées d’utiliser un logiciel conforme à la loi anti-fraude pour facturer un produit ou un service. Quels que soient la structure juridique de votre société, le nombre de personnes que vous employez et le chiffre d’affaires que vous réalisez, vous êtes tenu de vous servir exclusivement d’une solution reconnue par l’administration fiscale.

Il existe malgré tout une exception : selon l’arrêté publié le 28 juillet 2017 par la Direction Générale des Finances Publiques, si vous gérez une micro-entreprise, vous n’êtes pas concerné par l’obligation d’utiliser un système de facture spécifique.

Cependant, vous avez tout intérêt à vous équiper d’un logiciel de facturation ou d’une caisse enregistreuse en ligne quand même. Pourquoi ? Parce que vous n’avez pas envie de passer à côté des nombreux avantages qu’ils proposent !

 

Pourquoi est-il indispensable d’utiliser un logiciel de facturation ?

Utiliser un logiciel de facturation vous aide à tenir une facturation fiable et organisée, tout en vous assurant une conformité permanente vis-à-vis des évolutions législatives. Vous pouvez enfin dormir sur vos deux oreilles en attendant votre prochain contrôle.

Le gain de temps est remarquable : vos devis et factures sont édités automatiquement et faciles à suivre étape par étape. Pour ne pas avoir à penser aux impayés, vous pouvez programmer des relances en un clic. La comptabilité facile, c’est possible !

Logiciel_de_facturation_obligatoire

Vos données clients sont centralisées. Vous ne perdez pas une seconde à chercher leurs coordonnées ou leur historique d’achats. Idem pour l’évolution de vos indicateurs clés : ils sont rassemblés sur une même interface et vous pouvez suivre en temps réel les données qui vous intéressent comme votre chiffre d’affaires ou votre trésorerie. Piloter votre activité commerciale devient un moment agréable et vous visualisez mieux votre futur proche !

L’automatisation vous permet également de réduire les erreurs de saisie tout en facilitant la communication avec votre expert-comptable. Votre collaboration est plus fluide et vous avez le temps de discuter des vraies questions comme le développement de votre entreprise par exemple.

 

Comment choisir son logiciel de facturation ?

Pour choisir une solution adaptée à vos besoins, vous devez prendre en considération quelques critères.

Pour commencer, vérifiez qu’elle est compatible avec vos autres outils de gestion et qu’elle convient à votre secteur d’activité. Ensuite, l’idéal est de tester différents logiciels en demandant une période d’essai à leur fournisseur. Parcourez les fonctionnalités qui vous intéressent : enregistrement automatique, personnalisation, paramétrage, analyse, etc. Profitez-en pour expérimenter l’ergonomie des applications : sont-elles intuitives ou faut-il se former une journée pour pouvoir les utiliser pleinement ?

Pour finir, comparez les tarifs en fonction des possibilités et des limites de chacun des outils. Demandez-vous quelle utilité réelle vous allez en avoir avant de choisir le plus complet, mais le plus onéreux.

Que vous soyez soumis à la loi anti-fraude ou non, une solution de facturation vous permettra d’obtenir une gestion fluide et harmonieuse de votre entreprise. Vous vous demandez sur quel outil jeter votre dévolu ? Faites notre quiz pour découvrir celui qui correspond le mieux à vos activités !

 

[1] OP Europa

[2] Cegid


Rester informé

Recevoir gratuitement la newsletter Cegid

S'abonner