ERP

Le rôle de la technologie pour les coopératives agricoles

25 Nov 2020

Amélioration de la performance, traçabilité avancée, dématérialisation des échanges… Focus sur ces enjeux de taille et sur le rôle central que joue la technologie au sein des coopératives agricoles.

Phénomène de concentration du marché

Les coopératives agricoles poursuivent leur mouvement de concentration : ces dernières années, les rapprochements et les acquisitions n’ont cessé de croître, d’où le besoin crucial d’un outil de pilotage capable de gérer ces nouvelles organisations.

Une intensification des rapprochements

Durant les onze premiers mois de 2019, 67 opérations de rapprochement ou d’acquisition ont eu lieu en France. Quant au nombre de coopératives agricoles, il a été divisé par deux en vingt ans : on compte aujourd’hui 2 800 structures.

Pourquoi ces efforts de consolidation sont-ils nécessaires ? Pour plusieurs raisons :

– Faire face à la concurrence européenne et mondiale qui progresse

– Mutualiser les moyens et les coûts

– Rechercher davantage de valeur ajoutée (par exemple en faisant jouer les complémentarités entre les filières de deux coopératives agricoles pour valoriser les productions et proposer de nouvelles perspectives aux adhérents)

L’indispensable recours à un outil de pilotage global et fédérateur

Alors que le marché des coopératives agricoles poursuit sa concentration, le système d’information des nouvelles structures constituées se doit d’être unifié.

Une coopérative agricole peut évoluer, en fusionnant avec une autre coopérative, en entrant dans une union de coopérative ou en faisant l’acquisition de sociétés pour la création de filière. Un modèle structurant et flexible est donc incontournable pour gérer l’ensemble des activités et des entités de la nouvelle coopérative agricole. Celui-ci doit être capable de centraliser les flux de données entre les différentes entreprises.

Les défis opérationnels actuels et à venir

Les défis opérationnels que doivent relever les coopératives agricoles sont intimement liés à l’essor des technologies numériques. C’est notamment le cas de la distribution.

Une distribution omnicanale

Les prestations proposées par les coopératives agricoles en matière de distribution s’orientent de plus en plus vers une stratégie omnicanale. Alors que le digital gagne du terrain et que le contexte est concurrentiel, les coopératives peuvent notamment se recentrer sur un modèle de distribution exclusif en ligne. Pour ce faire, les défis opérationnels sont nombreux : présence multicanale, prix optimisés, catalogue actualisé, fiabilité et rapidité dans l’exécution des commandes, chaîne logistique efficace, suggestions / recommandations d’achats…

Certaines coopératives agricoles ont fait le choix de se lancer dans de nouveaux modes de distribution : c’est le cas de la livraison à domicile de produits transformés, de la préparation de plats à emporter ou encore des commandes de paniers garnis pour les particuliers, les entreprises, les associations, etc. Si ces initiatives ne représentent qu’une faible part de l’activité des coopératives, elles sont néanmoins porteuses de sens.

Quid de l’impact de la Covid-19 sur les coopératives agricoles ?

La crise de la Covid-19 a représenté un défi de taille pour le monde agricole. Les coopératives agricoles françaises ont enregistré une perte moyenne de chiffre d’affaires de 28 %[1] pendant la période de confinement. Or, cette crise sanitaire n’a pas eu les mêmes conséquences sur toutes les structures. Premièrement, celles qui fournissent les intermédiaires de la restauration ont été plus impactées que celles qui approvisionnent les grandes surfaces. Deuxièmement, la situation a différé en fonction du type d’activité des coopératives agricoles. Alors que les coopératives maraîchères ont profité d’un engouement pour les fruits et légumes « made in France », les coopératives viticoles ont souffert : en mai 2020, la consommation de vin des Français était à son niveau historique le plus bas.

De façon générale, les coopératives agricoles ont dû faire face à des challenges opérationnels. C’est notamment le cas de Limagrain qui a réorganisé ses postes de travail et ses usines (chaînes de production) tout en classant les produits par priorité et en maintenant son niveau de production habituel.

Une optimisation de la traçabilité

La demande de traçabilité n’a cessé de s’accélérer durant ces dernières années : la technologie joue un rôle prépondérant grâce à une analyse de plus en plus poussée des données.

La provenance des produits alimentaires : une priorité pour les consommateurs

Les notions de traçabilité et de transparence sont au cœur des tendances du secteur de l’alimentation : 88 %[2] des Français estiment que le fait d’être mieux informés sur l’étiquetage alimentaire leur permet de consommer des produits de meilleure qualité. Et 87 %8 pensent que ces connaissances les aident à privilégier le « made in France » ! Par ailleurs, à la question « Que souhaitez-vous voir apparaître sur les emballages ? », 44 %8 des Français plébiscitent la traçabilité des produits, tout au long de la chaîne de production, de transformation et de distribution du produit.

Proposer une traçabilité plus fine grâce à l’analyse des données

Cette exigence grandissante en matière de traçabilité s’est encore accentuée lors de la crise sanitaire de la Covid-19. D’où le rôle prépondérant des données, collectées grâce à des capteurs au cours des processus de production et de transformation. Un système d’information capable de valoriser ces millions d’informations qui s’accumulent tout au long de la chaîne de valeur est indispensable pour garantir la sécurité alimentaire. Et à l’avenir ? Une traçabilité plus fine est un argument commercial qui apporte une réelle valeur ajoutée : elle permettrait notamment de mettre en avant l’origine France dans une perspective d’export (savoir-faire et mode de production valorisés).

La technologie au service des processus métiers clés

Les nouvelles technologies permettent aux coopératives agricoles de poursuivre leur mutation, notamment grâce à une modernisation du back-office. Un système d’information performant permet de simplifier et de dématérialiser les processus métiers clés des coopératives agricoles de gagner en efficacité :

Comptabilité et finances : amélioration de la gestion de la compensation pour les adhérents, de la fiabilité du calcul du capital social, des emprunts et des dettes des coopérateurs, etc.

Achats : meilleure gestion des frais généraux et des achats stockés

Stocks : gestion efficiente et meilleure traçabilité des lots

Logistique : garantie de la traçabilité, suivi des normes et codifications logistiques

Production : traçabilité, mise en conformité

Les coopératives agricoles se dirigent vers une approche data-centric, où les données sont au cœur de la chaîne de valeur et des stratégies. Leur exploitation, via la data visualisation et le data modeling, garantit une meilleure compréhension des enjeux et des contraintes tout en anticipant l’avenir.

Une innovation pour une meilleure adhésion

Les coopératives agricoles peuvent proposer des objets ou des services connectés novateurs à leurs adhérents :

– Les drones pour moduler les apports d’intrants, gérer la fertilisation grâce à l’imagerie aérienne, identifier les parcelles touchées par la maladie, repérer d’éventuels dégâts, etc.

– Le pluviomètre connecté pour informer en temps réel des conditions climatiques

– L’autoguidage de tracteurs via GPS pour cultiver à distance

– Les capteurs de sols télécommandés pour capter des données sur la teneur des sols en azote, etc.

– Le relevé coopérateur digital

Ces services servent l’agriculture de précision et la collecte de données. Leurs objectifs ? Renforcer l’adhésion des membres de la coopérative, gagner en compétitivité, améliorer les rendements tout en conservant une qualité de production, alléger la pénibilité du travail physique des agriculteurs, diminuer l’impact écologique, réduire les coûts en optimisant la consommation d’intrants, etc.

 

[1] 2017 : les Français pour un changement de modèle agricole
https://www.wwf.fr/vous-informer/actualites/sondage-ifop-wwf-les-francais-pour-un-changement-de-modele-agricole

https://www.lacooperationagricole.coop/fr/actualites/28-de-perte-dactivite-la-cooperation-agricole-dresse-le-bilan-de-la-periode-de-confinement-et-demande-un-plan-de-relance-pour-le-secteur-agricole-et-agroalimentaire

[2] Etude OpinionWay-Alkemics 2019 : Les Français et la transparence sur les produits alimentaires

https://maieute.com/etude-opinionway-alkemics-les-francais-et-la-transparence-sur-les-produits-alimentaires/

Envie de visualiser les tendances des coopératives agricoles en matière de transformation ?