La digitalisation, gagnante du nouvel ordre économique ?

Alors que les entreprises commencent peu à peu à appréhender le monde d’après la crise sanitaire, une certitude se dégage : la digitalisation est au cœur de toutes les stratégies de relance. Pour de nombreuses entreprises du monde entier, la pandémie a en effet été l’occasion d’innover et de redéfinir leur activité en mobilisant les leviers digitaux. Mais concrètement, comment cette stratégie d’innovation se distingue-t-elle de la simple numérisation et comment permettra-t-elle aux entreprises de devenir durablement plus performantes et plus résilientes ?

Digitalisation et numérisation : quelles différences et interactions ?

Pour bien saisir les enjeux de cette transformation, il s’agit d’abord de distinguer deux types de transformations technologiques trop souvent confondues : la numérisation et la digitalisation. La numérisation correspond à un remplacement des outils traditionnels de l’entreprise par des processus numériques. Une opération impliquant une meilleure disponibilité de l’information, une accélération de nombreuses tâches mais également une formation des salariés aux savoir-faire numériques de base. La dématérialisation est notamment une composante clé de la numérisation de l’entreprise.

La digitalisation représente quant à elle, une transformation bien plus profonde et culturelle de l’entreprise. Pour une organisation, prendre le tournant de la transformation digitale est, en effet, synonyme d’une remise en question non seulement de ses procédures internes historiques, mais également de l’organisation générale du travail en son sein et de son business model. Digitaliser une entreprise, c’est donc à la fois dématérialiser ses processus et les repenser en profondeur pour faire face à des enjeux majeurs : automatisation, nouveaux modes de consommation, autonomie des collaborateurs, agilité dans la prise de décision, usages collaboratifs, etc. La digitalisation constitue en cela une étape cruciale pour les entreprises engagées dans l’optimisation de leurs processus fondamentaux, qu’ils soient financiers ou métier.

 

La digitalisation, un élément-clé de résilience et d’agilité

En matière de digitalisation, la crise sanitaire et économique déclenchée par le COVID-19 a agi comme un révélateur. Les entreprises les plus avancées dans ce domaine ont en effet moins pâti de la situation que les autres. Plus agiles, mobiles et résilientes, elles ont pu assurer la continuité de leurs activités grâce à un environnement mieux adapté.

L’état de l’art des outils digitaux, et en particulier des solutions de gestion de nouvelle génération, a ainsi largement favorisé le passage au télétravail et à la mobilité des collaborateurs tandis que l’automatisation de nombreux processus a permis de réduire l’impact pénalisant de la crise sur la productivité. Bien qu’elle n’ait pas initialement été engagée dans ce but, la digitalisation des entreprises est ainsi devenue une force pour faire face à des circonstances critiques ; un avantage concurrentiel décisif en période d’incertitudes et de risques accrus.

 

La stratégie de digitalisation : vers un nouveau paysage économique sur le long terme

Les stratégies de digitalisation ont en commun de ne pas reposer simplement sur des outils virtuels pour gagner en performance et en résilience mais d’engager les organisations sur des visions beaucoup plus long-terme. La stratégie digitale, qui est souvent la résultante de la stratégie globale, projette généralement l’entreprise à plus de 15-20 ans, pour être en capacité à répondre à ses futurs enjeux : quels produits seront consommés, par qui, selon quels modes, etc. ? Comment favoriser l’intégration de ces nouveaux usages ? Quelles technologies seront requises pour rester innovant et compétitif ?
Si la digitalisation s’est déjà accélérée au sein de certaines entreprises du fait de circonstances hétérogènes (la pandémie), elle exige pourtant de remettre au goût du jour les plans et modèles stratégiques de long terme.

 

Concilier innovation et agilité pour une digitalisation réussie

Résilience, performance, adaptation… Les caractéristiques inhérentes à la digitalisation en font une priorité essentielle pour la plupart des entreprises. Bien plus qu’une simple numérisation ou dématérialisation des flux et processus, elle représente une opportunité plus profonde de transformer les business models pour sécuriser, augmenter, et ainsi pérenniser l’activité.

Cependant, la digitalisation doit être menée en tenant compte des risques qu’elle comporte. Une transformation digitale brutale et peu attentive aux besoins des collaborateurs pourrait en effet détériorer la qualité des relations humaines et des conditions de travail, ou faire jaillir de nouveaux facteurs d’improductivité ou de rigidité des processus et méthodes définis. Prévenir ces risques implique une attention renforcée à l’expérience utilisateur mais aussi à la capacité des collaborateurs à rester maîtres de leurs outils. L’autonomie de chacun et le sens conservé dans le travail contribuent à cette pérennité de l’entreprise. Trop longtemps, les équipes ont dû évoluer sur des systèmes informatiques imposés : peu intuitifs et générateurs de frustration.

 

La digitalisation est au cœur des stratégies d’avenir des sociétés ambitieuses et dynamiques. Pour qu’elle soit réussie, elle doit s’opérer de manière réfléchie et fluide, avec un accompagnement des utilisateurs, afin qu’ils réalisent leurs missions plus simplement et plus efficacement. Et si la digitalisation ouvrait la voie sur une nouvelle ère d’organisation intelligente et enrichie.

Et si vous profitez d'une bonne dose d'innovation incluse dans un ERP ?