Pourquoi et comment l’IA accélère la révision comptable

Il est naturel pour un cabinet de s’intéresser à l’automatisation de la révision comptable. On parle d’un cinquième de son chiffre d’affaires ! Aujourd’hui toute la profession est convaincue de la productivité qu’apporte l’intelligence artificielle au stade de la saisie. Il est temps de penser à la suite logique : la révision. Qu’est-ce que l’automatisation peut faire pour elle ?

La mission de révision pèse à plus d’un titre dans l’activité d’un cabinet, a récemment vérifié le troisième rapport du think-tank Les Moulins.

L’importance de la révision dans l’activité d’un cabinet :

  • 19% du chiffre d’affaires
  • 103 K€/an de chiffre d’affaires par ETP dédié (contre 88 K€ pour la saisie).
  • 3 590 euros[1] de budget moyen par dossier
  • 12 heures: temps p/mission de l’expert-comptable
  • 18 heures: temps p/mission des collaborateurs

De fait, nombre d’experts-comptables sont déjà demandeurs d’outils pour automatiser la révision. Il s’agit généralement de cabinets qui ont déjà basculé une partie de la tenue dans l’intelligence artificielle, et qui ont pu en mesurer les gains de productivité. C’est la raison pour laquelle le potentiel d’automatisation de la mission de révision est très élevé. A court terme, on estime qu’1/3 des temps qui lui sont consacrés auront connu une automatisation quasi-totale.

Voici les 4 étapes au cours desquelles l’automatisation accélère la révision.

1- Collecte des pièces

La collecte des pièces comptables et administratives représente encore 12% des temps passés dans le cadre d’une mission de révision. Parmi ces pièces on trouve toujours beaucoup de documents physiques.

Près de trois quarts des cabinets acceptent encore le papier, il y a aussi les scans et les e-mails. Il faut commencer par tout trier et classer. On a déjà vu travail plus intéressant… et plus productif !

Logo Cegid

Reda Beloued

Responsable des avant-vente chez Cegid

L’intelligence artificielle sait faire le tri toute seule entre les factures d’achat, de vente, les bordereaux, les k-bis, les feuilles de paie ou les pièces d’identité. Et si elle a un doute, elle posera la question au collaborateur qui l’emploie.

Mais l’IA donne aussi une nouvelle richesse à la collecte, parce que son analyse des documents est désormais intégrale et instantanée.

Découvrez comment fonctionne l’intelligence artificielle de Cegid Loop :

Traditionnellement, on collectait une facture, on enregistrait le montant, la date et, éventuellement, une échéance pour préparer les écritures d’inventaires. Et on gardait les plus compliquées pour une analyse lors de l’établissement du bilan. Sur Cegid Loop, l’IA analyse chaque pixel de la pièce, au fur et à mesure de sa saisie. Elle conserve en mémoire toutes les informations qu’elle y aura trouvées, au lieu de seulement quelques items. Au moment de la révision, l’interprétation faite par l’IA des informations récoltées déclenchera des propositions de traitement aux collaborateurs. Sans oublier que chaque écriture possède sa pièce justificative, à disposition en un clic, et que l’on peut travailler en équipe

Logo Cegid

Reda Beloued

Responsable des avant-vente chez Cegid

Des données exploitables récupérées par le robot, pour quoi faire ? C’est que grâce à elles, l’expert-comptable entre véritablement dans le fonctionnement de l’entreprise qu’il conseille. Il saisit les forces et les faiblesses de l’exploitation. L’intelligence artificielle lui permet par exemple de réaliser des analyses fines sur la marge brute, ou sur les frais généraux, en un minimum de temps. Il est en capacité également de proposer aux chefs d’entreprise des benchmarks, autrement dit des analyses comparatives – par exemple sur les prix d’achat des matières premières, ou de location d’un matériel. Autant de missions à la fois valorisantes… et à valoriser.

 

Récupération des données numériques

L’interfaçage d’un client et de son comptable par l’intermédiaire d’un portail ne date pas d’hier. Il s’agissait d’abord plutôt d’un process, d’une mécanique de travail, que d’un traitement automatisé. Mais aujourd’hui, un éditeur comme Cegid propose et maintient des API entrantes et sortantes qui organisent l’échange de données entre ses logiciels et les principales applications tierces. Résultat : aucune perte d’information, aucune erreur.

Il en va ainsi par exemple pour Cegid Flow, une application 100% mobile, destinée à suivre sa trésorerie en lien direct avec les comptes bancaires et la comptabilité.

Cegid Flow est connecté aux banques grâce aux API, remonte la donnée, la rend lisible. Les rapprochements bancaires se font automatiquement et en temps réel. L’IA intervient dans la reconnaissance des flux, la codification de chaque banque, la coïncidence de la facture d’achat et du règlement… Et à chaque fois dans le cadre des habitudes du dossier, que la « machine apprenante » a acquises au fur et à mesure.

 

Inventaire et préparation des comptes

Le premier rôle de l’IA en la matière est d’automatiser les appels à l’attention du collaborateur. En ouvrant son dossier, non seulement ce dernier sait que la compta est à jour, mais aussi que le système a détecté tous les points à revoir. Par exemple :

  • des variations importantes sur un compte ou un agrégat,
  • une facture non réglée qui prend la poussière,
  • un décalage de dates d’échéances,
  • la clé de distribution de la rémunération des associés,
  • un cut-off,

Enfin, l’automatisation systématise les comparatifs vs. l’année précédente, et émet des alertes en conséquence.

Je gagne du temps à la saisie comme à la révision. Du coup je peux offrir des restitutions bien plus fréquemment qu’avant, par exemple sous forme de tableaux de bord – un service rendu nettement plus intéressant pour un chef d’entreprise que la déclaration de TVA…

Ghislain Ramon

Expert-comptable au cabinet Nosvia, utilisateur de Cegid Loop

Examen critique et présentation des bilans

C’est dans cette dernière phase que se situe la valeur ajoutée la plus visible pour l’entrepreneur. Du moins si à la restitution légale (les liasses), s’ajoute une restitution analytique contractuelle, et éventuellement des suggestions quant à l’exploitation. Analyse, recommandations : l’heure de conseil de l’expert-comptable ? La réalité en a longtemps décidé autrement, et beaucoup d’experts-comptables ont dû limiter leurs interventions à ce stade… tout simplement parce qu’ils étaient pris dans le maelström de la production comptable et des obligations règlementaires.

Heureusement, l’automatisation a ouvert de nouvelles portes. Au lieu d’un projet de bilan le 15 avril, elle permet à un chef d’entreprise de disposer d’une vision permanente et à jour de ses comptes. Avec Cegid Loop, par exemple, le cabinet peut équiper ses clients d’un tableau de bord automatisé consultable depuis un Smartphone. Les dirigeants bénéficient alors d’indicateurs compréhensibles, visuels, faciles à consulter.

L’ouverture de l’outil comptable sur des logiciels extérieurs grâce à des API multiplie les possibilités : on pourrait citer la connexion directe avec Lexis-Nexis, pour simplifier et accélérer le juridique en évitant toute perte ou erreur de données, ou la connexion avec les outils de présentation graphique des comptes utilisés par la profession.

Pas d’OD à passer sur les immobilisations, une aide au calcul des TVS, et l’annexe qui s’intègre de manière automatique… Les chiffres se mettent en place tous seuls, il n’y a plus que les mentions spéciales à ajouter. Et l’actualisation automatique en temps réel des balances de révision fait vraiment gagner du temps.

Marie-Cécile Duval

KPMG Nord, utilisatrice de Cegid Loop

La révision est au cœur de l’activité des experts-comptables, et ses différents volets ont de bonnes raisons pour continuer à s’automatiser. L’utilisation de l’intelligence artificielle en révision confère aux cabinets une nouvelle avance concurrentielle, en même temps qu’elle facilite la revalorisation de leurs services.

 

[1] Source : enquête en ligne 2021 pour Cegid


Rester informé

Recevoir gratuitement la newsletter Cegid

S'abonner