Experts-Comptables

[Dossier IA] Non, l’IA ne mettra pas les experts-comptables au chômage technique

11 Juil 2019

Ces dernières années, différentes études, relayées par des articles de presse anxiogènes, ont régulièrement désigné l’intelligence artificielle comme un futur destructeur d’emploi, y compris parmi les professionnels du chiffre. Mais les observateurs tiennent aujourd’hui un discours bien plus positif… Non, l’IA ne condamne pas experts-comptables et collaborateurs à mettre la clé sous la porte. Mais elle les presse à trouver de nouvelles clés pour ne pas subir, et au contraire profiter de l’apport des technologies intelligentes dans leur secteur - l’un des plus concernés par l’automatisation des tâches.

Après l’alarmisme, le réalisme

Faut-il paniquer ? Sûrement pas. Car la robotisation n’est pas l’ennemie de l’emploi, comme le montre le cas d’école de l’industrie : ce sont les pays dont l’outil industriel est le plus robotisé (Japon, Etats-Unis …) qui disposent du taux d’emploi le plus élevé, comme s’il existait une corrélation vertueuse entre l’apport intelligemment pensé de la machine et la place de l’individu.

Les études les plus pessimistes sur l’évolution de l’emploi vis à vis des progrès de l’IA s’étaient multipliées au cours des dernières années. Un rapport du BCG prédisait même la disparition de 40% des emplois de service en 5 ans en raison de l’automatisation radicale des modes de production. De quoi alimenter bien des inquiétudes.

Mais la vision s’affine. Etablissant des prévisions plus nuancées, une étude du cabinet McKinsey publiée fin 2017 révèle que :

 

14

% des emplois

seront remplacés par l’IA

 

Loin donc, d’une déferlante apocalyptique. Car qui dit évolution des emplois ne signifie pas leur disparition, mais leur transformation. Selon une étude PwC publiée à l’été 2018[1], à l’horizon 2030 l’IA aura créé autant d’emplois qu’elle en aura détruits. Et la dernière enquête en date : le rapport sur « l’avenir du travail » de l’OCDE (avril 2019), prédit que moins de 15 % des emplois auront disparu « d’ici vingt ans » pour cause d’automatisation !

L’intelligence artificielle devrait aussi créer des métiers qui restent à inventer, dans les professions du chiffre comme ailleurs. Selon une étude réalisée par l’Institut du Futur :

 

85

% des emplois de 2030

n’existeraient pas encore

 

La « création destructrice » chère à Schumpeter a de beaux jours devant elle.

Faire de l’IA une alliée objective

La révolution cognitive, économique et managériale née de l’intelligence artificielle n’est pas l’ennemie de l’intelligence humaine. Faut-il rappeler que l’IA n’existerait pas sans l’homme ? Loin de frapper d’obsolescence les facultés cognitives fournies par la nature, elle leur permet au contraire de donner toute leur mesure et représente une véritable source d’opportunités.  Pour l’humain, et aussi pour le business… à condition de monter dans le train qui démarre :

« Les secteurs pour lesquels la donnée est au cœur de l’activité (télécommuni-cations, banque-finance, assurance …), ainsi que les entreprises ayant déjà mis en œuvre une stratégie et une gouvernance de la donnée, partent avec un temps d’avance dans leur réflexion IA », peut-on lire dans Intelligence artificielle et capital humain, quels défis pour les entreprises ? (BCG / Malakoff-Médéric, mars 2018).

D’où un salutaire appel à l’action et à la formation :

Au-delà des enjeux technologiques et financiers, les questions sur l’impact humain sont au cœur des débats. L’IA impactera toutes les dimensions du capital humain dans notre économie : évolution de la structure de l’emploi, de la nature des emplois, des organisations de travail, de la notion de responsabilité, des qualifications et compétences… 

Intelligence artificielle et capital humain, quels défis pour les entreprises ?

BCG / Malakoff-Médéric, mars 2018

Pour aller plus loin : A la recherche de l’expert-comptable augmenté

Des impacts positifs pour les clients et les collaborateurs

L’automatisation des tâches les moins créatrices de valeur offre une indéniable opportunité pour un cabinet : gagner un temps considérable et réduire les risques d’erreur dans l’exécution. Ce temps gagné, libéré, reconquis, il convient de l’utiliser… intelligemment !

A commencer par en donner davantage aux clients :

L’IA va changer la fréquence de la relation entre l’expert-comptable et l’entreprise. Se voir une fois par an, ça n’est pas collaboratif. Se voir une fois par mois, c’est autre chose !

Stéphane Da Mota

Directeur Commercial et Marketing chez Cegid.

D’autant que l’expert-comptable va pouvoir s’appuyer sur l’IA pour passer de l’analyse historique à l’analyse prédictive. Et se trouver investi d’un nouveau rôle, fondamental : accompagner son client dans sa propre mutation digitale.

Le bénéfice de l’IA pour le collaborateur apparaît notamment dans le fait qu’il est délesté de certaines tâches jugées ingrates. Tout ce qui relève de la saisie, des factures, ou de la paie, est voué à être automatisé. Même la tenue du Dossier permanent va s’en trouver largement facilitée – les algorithmes se chargeront du classement et du traitement. Autant de « bande passante » gagnée pour développer son intelligence relationnelle et émotionnelle, au bénéfice de l’équipe et des clients.

Lire aussi : En quoi la robotisation de la comptabilité impacte-t-elle l’organisation du cabinet ?

La profession va devoir prendre acte de cette évolution irréversible.

Là se trouve un important chantier selon moi : celui du développement de nouvelles compétences, les fameux soft skills. De plus, nous allons devoir être dans une logique d’apprentissage continu. Cela peut paraître paradoxal, mais l’IA est avant tout une histoire d’humain

Elisa Bartoli

Jeune experte-comptable qui a consacré son mémoire de DEC à la question de l’IA dans la profession comptable

L’intelligence artificielle va « remettre de l’humain dans le travail » : suppression de tâches pénibles ou répétitives, recentrage sur les aspects relationnels et qualitatifs, meilleur conseil et plus grande autonomie dans la décision. Il n’y a pas de temps à perdre : la formation de l’expert-comptable et de ses équipes sera déterminante pour mettre la machine au service des hommes !

[1] https://www.pwc.co.uk/economic-services/ukeo/ukeo-july18-full-report.pdf

Article

Comment l’intelligence artificielle va transformer le quotidien des experts-comptables