Experts-Comptables

[Dossier IA] Améliorer le service rendu grâce à l’IA

26 Juin 2019

Dans quelle mesure l’intelligence artificielle peut-elle contribuer à un meilleur service rendu par les experts-comptables à leurs clients ? Confiance réciproque, lisibilité des informations, compréhension et rapidité de décision vont en tous cas s’en trouver facilitées. Une arme à utiliser à son profit pour faire évoluer la relation entre le cabinet et ses clients.

Le secteur de l’expertise-comptable « se porte plutôt bien et reste économiquement attractif », assurent les auteurs d’une étude publiée par le cabinet Xerfi : ainsi, lechiffre d’affaires global des cabinets progresse en France d’environ 3 % par an, avec21 000 experts-comptables et, au total, 130 000 emplois et deux millions d’entreprises clientes. Mais, au-delà de cette bonne santé, des menaces existent, du fait de la digitalisation.

 

L’informatisation de toutes les étapes clés de la chaîne de valeur du cabinet engendre une spirale déflationniste inédite à laquelle les cabinets tentent d’échapper. Pourquoi les clients paieraient-ils cher des services de comptabilité de base, alors qu’une large part est automatisée ? De fait, ils comparent et négocient les prix de prestations considérées désormais comme de véritables commodités, d’autant que se développent sur le web des offres de type low-cost.

Philippe Gattet

directeur d’études chez Xerfi

 

La bataille de la valeur

Il y a donc, clairement, un risque de désintermédiation qui entraîne, comme dans n’importe quel secteur économique, une baisse des marges et des chiffres d’affaires. On l’observe déjà : le chiffre d’affaires moyen par client des cabinets d’expertise comptable de moins de cinquante salariés a chuté de 21,6 % entre 2002 et 2016, selon l’Observatoire de la profession comptable. « Sans oublier l’avènement de la Blockchain qui pourrait rapidement rendre caduque la principale fonction des experts-comptables : celle de tiers de confiance en matière de fiabilisation de l’assiette fiscale pour l’État. » souligne Philippe Gattet.

 

Pour aller plus loin : les défis d’une profession en transformation

 

Affuter ses armes

Face à l’émergence d’offres Low Cost qui séduisent de plus en plus d’entreprises, les cabinets d’expertise comptable ont une carte à jouer pour monter en gamme : l’intelligence artificielle. Autrement dit, utiliser les mêmes méthodes que ceux qui peuvent les déstabiliser. Le titre du rapport annuel 2016 de l’ordre des experts-comptables (3) résumait déjà bien l’évolution du métier et les enjeux : « Transformation ». Plus récemment, en 2018, le World Congress of Accountants a laissé largement la place à l’IA.

Paradoxalement, il y a été peu question de comptabilité, mais plutôt de data, de cybersécurité, d’intelligence artificielle, de systèmes… et des compétences qu’il faut développer pour mieux accompagner nos clients dans le changement rapide qui s’impose à nous.

Charles-René Tandé

Président du Conseil supérieur de l’Ordre des Experts-Comptables, dans un article du quotidien Les Echos.

 

Et le thème du Congrès 2019 donne le ton : « L’expert-comptable au cœur des flux ». Cette place centrale faite aux données démontre le chemin parcouru dans la transformation du métier d’expert-comptable : le Congrès de 1958 était axé sur « les ratios et les statistiques » !

Aujourd’hui, l’intelligence artificielle peut transformer la relation des cabinets d’expertise comptable avec leurs clients dans trois dimensions : la confiance, l’intelligence et le temps réel.

 

L’IA pour solidifier les relations de confiance

« Dans un monde digital, l’expert-comptable peut s’appuyer sur sa réputation d’interlocuteur de confiance pour réintroduire de l’humain au cœur de la relation client », assure Gilbert Le Pironnec,Vice-président en charge du secteur Prospective et Spécialisation du Conseil supérieur de l’Ordre des Experts-Comptables. L’IA contribue notamment à résoudre les problèmes de fiabilité des informations.

40

% des professionnels de la Finance

assurent que leur DG ou leur DAF a déjà pris une décision stratégique sur la base de données financières obsolètes ou incorrectes

 

Cette étude révèle égalementque 95 % des dirigeants d’entreprises ont entièrement confiance dans leurs données comptables, contre seulement 46 % des professionnels de la finance.La multiplicité des sources de données (41 %) et le processus de collecte et de traitement de ces données (35 %) sont les deux principaux éléments mis en cause par les sondés qui concèdent un manque de confiance envers l’exactitude de leurs informations comptables. Suivent les compétences des personnes qui les ont saisies (30 %) et l’erreur humaine (24 %), tandis que 14 % pointent du doigt l’absence de contrôles automatisés ou de technologies dans le cadre de ces tâches.

Autant d’éléments que l’intelligence artificielle atténue, en consolidant des sources de données hétérogènes, en fiabilisant les processus de collecte (avec des algorithmes de détection d’anomalies et d’incohérences), en réduisant les erreurs humaines et en automatisant les contrôles indispensables. D’autant que la non-identification d’erreurs a des conséquences significatives : perte de temps, obligation de régulariser et de republier les comptes, atteinte à l’image de l’entreprise, voire amendes et difficultés de financement.

En quoi la robotisation de la comptabilité impacte-t-elle l’organisation du cabinet et la relation avec ses clients ?

 

L’IA pour passer des chiffres à l’intelligence des chiffres

La capacité de l’intelligence artificielle à digérer des très gros volumes de données, à les combiner, les analyser et les synthétiser, va faire évoluer la nature des prestations des cabinets d’expertise comptable, et donc la structure de leurs chiffres d’affaires. Actuellement, en moyenne, pour un cabinet d’expertise-comptable :

50

% du chiffre d’affaires

provient de la tenue des comptabilités et l’établissement des comptes annuels.

43

% du chiffre d’affaires

provient de la paie et du commissariat aux comptes

7

% du chiffre d’affaires seulement

provient du conseil

 

En automatisant au maximum les tâches de collecte, de transformation et de restitution des données, non seulement les experts-comptables gagnent en qualité et en fiabilité, mais surtout ils peuvent se concentrer sur des prestations à plus forte valeur ajoutée, notamment le conseil (pour la sécurité, l’assurance, l’ingénierie financière…), dont les entreprises ont de plus en plus besoin dans un contexte d’évolutions rapides des réglementations et d’incertitude économique. On passe ainsi du process (traiter des chiffres) à l’accompagnement (mettre en perspective et rassurer). Avec l’intelligence artificielle, les professionnels du chiffre se transforment en facilitateurs d’affaires !

Vers le temps réel : L’IA pour passer du reporting au Continuous Accounting

Le Continuous Accoutingintègre une automatisation, un contrôle, et des tâches de fin de période, dans les activités quotidiennes, ce qui permet à l’ensemble de l’entreprise de respecter les exigences strictes de son calendrier comptable. Cette approche transforme la façon dont les cabinets fonctionnaient jusqu’ici, en mettant l’accent sur le traitement en temps réel, base de la plupart des applications d’intelligence artificielle.

La confiance se définit, selon le Larousse, comme le « sentiment de quelqu’un qui se fie entièrement à quelqu’un d’autre » : l’intelligence artificielle réduit le champ des incertitudes (sur l’expertise, la fiabilité des chiffres, l’agilité…) entre les experts-comptables et leurs clients. Résultat : un meilleur service, plus immédiat, plus efficace et plus transparent.

 

Lire aussi : Quels compétences pour les professionnels du chiffre de demain ?

[1] Étude de Blackline intitulée « Méfiance autour des chiffres, étude sur l’ampleur des inexactitudes comptables »

Solution Cegid

Cet article vous a plu ?