Gestion de trésorerie en temps de crise : comment vous faire payer par vos clients ?

25 Mai 2020

La crise sanitaire que nous traversons a des conséquences sur toutes les entreprises. En tant qu’entrepreneur, vous êtes probablement concerné par des enjeux de trésorerie en ce moment même. Vous avez certainement déjà mis en place un plan d’actions immédiates comme le report de charges ou encore l’apport de fonds nouveaux. Mais ces mesures sont-elles suffisantes ? Pour vous soutenir dans la recherche de solutions, nous souhaitons vous apporter les conseils de chefs d’entreprise et experts-comptables expérimentés. En espérant que ces témoignages vous aident à faire face à cette période d’incertitude.

Votre principale priorité à court terme ? Trouver du cash.

Une enquête réalisée en avril par la Confédération des PME1 a permis de mettre en évidence les difficultés rencontrées par les entreprises. 92 % des entrepreneurs observent une baisse de leur chiffre d’affaires au mois de mars. Comme on peut s’en douter, cette réalité entraîne des retards de paiement : 2 entreprises sur 5 sont concernées.

Comment limiter les dépenses de votre entreprise en attendant de relancer votre production ? Différentes mesures de report d’échéances s’offrent à vous. Tout d’abord, le gouvernement a décidé de décaler les échéances fiscales du mois de mai. Le dépôt des liasses fiscales, le solde d’impôt sur les sociétés et celui de la cotisation sur la valeur ajoutée des entreprises sont tous reportés au 30 juin 2020. Idem pour les charges sociales : les échéances du 5 et du 15 mai peuvent être décalées de 3 mois maximum.

Si ces mesures d’aide ne suffisent pas et que vous devez payer certaines charges, tournez-vous vers votre banque pour contracter un crédit. Vous pouvez bénéficier du dispositif exceptionnel de garantie de l’État. Si votre demande est acceptée, il sera impossible à votre banque de vous refuser un crédit qui pourra alors représenter jusqu’à 3 mois de chiffre d’affaires ou encore 2 ans de masses salariales pour les entreprises innovantes.

Vous avez également la possibilité de contacter un organisme spécialisé dans les microcrédits. Leur taux d’emprunt est généralement plus élevé mais toutes les alternatives doivent être étudiées !

Et vos fournisseurs ? Devez-vous les payer ? Pour maintenir une relation de confiance, nous vous conseillons de continuer à régler leurs factures. Ce choix permettra par ailleurs de maintenir la chaîne des paiements, geste indispensable au bon fonctionnement de l’économie.

La principale question que je me pose c’est de savoir quelles factures je peux relancer ? Je relance en priorité les particuliers et les syndics de copropriétés qui avaient déjà théoriquement provisionné le montant de la mission, et je suis plus souple avec les entreprises pour lesquelles je travaille en sous-traitance. Le but étant de garder de bonnes relations avec les apporteurs d’affaires pour la sortie de crise.

Antoine Schott

Gérant du Bureau d’Études Structures BET Schott

Encore plus de solutions concrètes actionnables rapidement pour se faire payer.

Pour régler vos problèmes de trésorerie, d’autres solutions existent. Si vous avez des créances fiscales comme un crédit de TVA par exemple, vous pouvez obtenir son remboursement de manière anticipée. Vous pouvez également déclarer votre entreprise en activité partielle et ainsi toucher une allocation vous permettant de rémunérer vos salariés. Grâce à ce dispositif, vous ne licenciez personne et serez prêt à relancer votre activité une fois la crise passée.

Enfin, pour les plus petites entreprises et donc les plus fragiles comme les TPE ou les indépendants, l’État a mis en place un fonds de solidarité. Une aide de 1 500 € est accordée aux entreprises ayant enregistré une baisse d’au moins 50 % de leur chiffre d’affaires par rapport à l’année dernière à la même période.

En parallèle, vous pouvez protéger vos créances grâce à l’assurance facture. Le principe est simple : vous souscrivez à une assurance pour chacune de vos factures et si vos clients ne vous payent pas, vous touchez 90 % de leur montant au moins, et 100%, moins un coût de gestion, si l’organisme d’assurance parvient à recouvrer la créance. Si vous réussissez à vendre vos produits ou vos services malgré la crise actuelle, nous vous conseillons plus que jamais d’opter pour cette solution facile et rapide à mettre en place.

D’autre part, si vous avez besoin de financer votre besoin en fonds de roulement, vous pouvez contracter un prêt professionnel. Parlez-en à votre expert-comptable, il pourra vous renseigner sur les possibilités et le fonctionnement de cette solution.

Il ne faut pas hésiter à utiliser toutes les aides que l’État met à disposition, même si vous n’êtes pas aujourd’hui dans le rouge, dès lors que vous estimez pouvoir l’être dans 3 ou 4 mois compte tenu de la crise que nous traversons. La durée de la crise n’est pas connue, mieux vaut anticiper le pire et se réjouir, que le contraire. En tout état de cause, ces aides permettront de rebondir plus facilement.

Jérôme Grellie

Expert-comptable associé au sein du réseau TGS2

À long terme, comment anticiper la reprise ?

Vos préoccupations actuelles ne doivent pas vous empêcher de prévoir ni d’anticiper la sortie de crise. N’oubliez pas qu’une fois la reprise lancée, vous devrez payer toutes les échéances reportées et rembourser les prêts contractés pour garder la tête hors de l’eau. Pensez à inclure ces données dans votre budget prévisionnel.

De plus, vous devez penser à la trésorerie complémentaire dont vous aurez potentiellement besoin pour saisir les diverses opportunités qui pourraient se présenter. Le marché post-crise sera certainement différent et en voulant vous adapter aux nouveaux besoins, vous pourriez avoir besoin d’investir dans de nouveaux équipements, des ressources humaines ou de la formation.

En matière de trésorerie, il y aura un avant et un après coronavirus. Il est probable que les entreprises, de façon globale et dans la mesure du possible, en tirent les enseignements en renforçant leur trésorerie afin d’assurer leur solidité financière.

Jérôme Grellie

Expert-comptable associé au sein du réseau TGS2

Dans tous les cas, ne restez pas seul !

Quoi qu’il arrive, ne vous isolez pas. Toutes les entreprises ont besoin d’aide et de soutien en ce moment et il est normal de les solliciter. Appuyez-vous sur votre expert-comptable qui mène de nombreuses actions localement auprès de ses clients. Il pourra vous conseiller sur les meilleures décisions à prendre vu le contexte actuel. Tournez-vous aussi vers les chambres consulaires, les administrateurs et les mandataires judiciaires. Enfin, c’est le moment parfait pour vous inscrire dans des réseaux d’accompagnement. Vous y trouverez de l’écoute, du soutien et des retours d’expérience formateurs. “Un entrepreneur qui sort, c’est un entrepreneur qui s’en sort !”

En matière de trésorerie, il y aura un avant et un après coronavirus. Il est probable que les entreprises, de façon globale et dans la mesure du possible, en tirent les enseignements en renforçant leur trésorerie afin d’assurer leur solidité financière.

Jérôme Grellie

Expert-comptable associé au sein du réseau TGS2

Retrouvez 5 solutions concrètes pour faire face aux impayés dans notre guide.

1Enquête CPME d’avril 2020
2Chefdentreprise.com

Contactez-nous

Un projet ? Une question ?

Nos experts vous répondent.