Finance & Fiscalité

Gestion des immobilisations : une expertise comptable à optimiser absolument !

18 Sep 2020

Les immobilisations sont au cœur du pilotage comptable et financier de l’entreprise. Une gestion performante permet de créer de la valeur à partir de ce qui était initialement un centre de coûts. Avec la crise sanitaire du Covid-19 et l’impact des dépréciations qui en découlent, la nécessité d’une gestion dynamique et globale est d’autant plus criante. Au final, une bonne gestion des immobilisations revient à une juste mise en valeur des patrimoines !

Un double enjeu : être en conformité et améliorer le pilotage des actifs

On peut distinguer deux niveaux dans la gestion des immobilisations. Le premier concerne la mise en conformité et la gestion courante des biens et marchandises amortis : il n’en demeure pas moins complexe ! Les équipes font face aux incidences comptables, aux obligations légales et elles traitent les différents contrats attachés aux immobilisations (location, financement, assurances). L’objectif est clair : une bonne maîtrise des risques dans la remontée d’informations, une simplification et une automatisation dès que possible des déclarations et échéanciers.

Il serait cependant réducteur de limiter la gestion des immobilisations de l’entreprise à cette première approche. En allant plus loin, il est possible de mettre en place « le second étage de la fusée » : une vision exhaustive et en temps réel du patrimoine, qui permet aux décideurs d’anticiper les impacts financiers et d’optimiser les futures décisions d’investissements. La gestion des immobilisations devient alors un véritable outil de pilotage.

Comment gérer ses immobilisations et préserver les patrimoines de l’entreprise ?

Etape par étape, en quoi consiste une gestion dynamique et globale des immobilisations ?

  1. Tout d’abord elle repose sur l’identification précise des biens immobilisés et des contrats liés, dès l’écriture d’acquisition. Toutes les caractéristiques de l’investissement sont recensées, afin de pouvoir optimiser la gestion de l’immobilisation au cours de sa durée de vie.
  2. Elle s’appuie ensuite sur la centralisation de tous les éléments constitutifs du cycle de vie des immobilisations : pilotage des écritures comptables en normes françaises et internationales, suivi et exécution des obligations légales, gestion des contrats de location et de financement, des inventaires, et des échéanciers.
  3. La remontée de ces informations en continu permet d’établir un état des lieux précis du parc d’actifs à chaque instant, grâce à des reportings et des tableaux de bords performants.
  4. A l’échelle du groupe, ces outils permettent de gérer les flux efficacement, d’avoir une stratégie cohérente pour les amortissements et de simuler les besoins en investissements.

En définitive, la gestion globale s’étend sur tout le cycle de vie des immobilisations : de la prévision d’investissement à la sortie définitive de l’actif.

La condition sine qua non pour mettre en place une telle gestion, c’est la disponibilité de l’information au sein de l’entreprise. La direction financière doit être en lien avec les métiers pour connaître le parc, son état et son degré d’utilisation. Les équipes comptables et fiscales doivent avoir des échanges réguliers pour piloter le résultat. Et les dirigeants doivent pouvoir tirer parti des outils d’aide à la décision pour le pilotage de l’entreprise. 

La création de valeur pour l’entreprise passe par des immobilisations parfaitement maîtrisées

Une gestion des immobilisations optimisée est créatrice de valeur pour l’entreprise sur différents plans :

  • D’un point de vue purement comptable, le pilotage global des écritures depuis les immobilisations réduit les risques d’oublis, d’erreurs ou de gestion partielle, pour des raisons de périmètres mal définis. Il permet d’établir un pôle d’expertise performant sur un sujet complexe et évolutif : les normes. Il facilite le suivi des obligations légales. C’est un outil efficace de maîtrise du risque.
  • Second élément créateur de valeur : le pilotage du résultat. L’intégration de la gestion des immobilisations, des amortissements et des reprises permet d’affiner le pilotage financier au niveau du groupe et donc d’optimiser les impacts des investissements sur le résultat imposable : plus il y a d’immobilisations intégrées, plus le résultat baisse… donc les impôts associés aussi !
  • L’optimisation de la gestion des immobilisations, c’est également une meilleure valorisation des compétences et des processus. Sur le plan organisationnel, un outil commun de gestion des patrimoines permet de couvrir l’ensemble des besoins liés à l’investissement, quels que soient les expertises et les métiers. Les collaborateurs disposent en temps réel de données à jour et fiables du point de vue réglementaire. Ces échanges facilités mettent les équipes en charge de la gestion comptable dans les meilleures dispositions et rendent l’organisation globalement plus productive et efficiente.

Pour aller plus loin, la gestion des immobilisations s’inscrit dans une stratégie globale de gestion des patrimoines de l’entreprise. Le développement d’une expertise dans le pilotage comptable et le suivi précis des investissements permettent d’optimiser leur financement et leur rentabilité et ce, tout au long de la durée de vie de l’actif. Au niveau du groupe, cette gestion active favorise la modernisation et la rotation des éléments constitutifs du patrimoine. Elle perfectionne l’outil de production et devient un élément essentiel de performance.

Une vision étendue des patrimoines de l'entreprise est un sujet clé à vos yeux ?