[Dessin] Comment avez-vous passé la période fiscale ?

Avec 90% de leurs clients qui clôturent au 31 décembre, les cabinets d’expertise-comptable connaissent tous les contraintes d’un métier saisonnier. Une fatalité ? Pas sûr…

Comme les brasseurs et les marchands de jouets, la profession comptable est soumise de fait à une forte saisonnalité. Hors BNC, toutes les entreprises ont en théorie le droit de choisir leur période fiscale. Mais comme avant la DSN l’ensemble des obligations sociales annuelles étaient fixées au 31 décembre[1], il n’est pas anormal que la plupart d’entre elles clôturent à la Saint-Sylvestre. Avec pour résultats chaque année : des cabinets surchargés de février à fin mai.

Oui, la période des bilans est clé dans notre activité, et à plus d’un titre : il faut sortir les chiffres, présenter le projet au dirigeant, et l’aider à prendre des décisions de gestion – prime ou dividendes ? Embauches ou réduction de personnel ? Investissement de production ? Nous devons donc produire et communiquer en même temps, et la charge est importante

Delphine Loyseau

expert-comptable à Lille

Aligner l’année fiscale sur l’année calendaire n’est donc plus une si bonne idée que ça, et nombre de cabinets conseillent à leurs clients de la caler plutôt sur le cycle normal d’exploitation. Mais il y a autre chose à faire. Les outils métier qui intègrent de l’intelligence artificielle libèrent ce que les informaticiens appellent « de la bande passante » : la saisie et l’affectation s’est déroulée tout au long de l’année, la révision est bien avancée et le juridique se gère sans ressaisie.

De quoi quitter son bureau plus tôt… et éviter tout naufrage !

 

[1] Il en reste ! Apprentissage et formation notamment.

Manager un cabinet comptable en 2022

Les RH en cabinet à l’heure de l’intelligence artificielle

  • Répondre aux nouveaux challenges du management des cabinets
  • Mettre l’automatisation au service des équipes
  • Tirer tous les bénéfices de la nouvelle donne