Finance & Fiscalité

Et si on parlait de la gestion des patrimoines de l’entreprise ?

11 Sep 2020

Actifs financiers, immobiliers, de production : les patrimoines de l’entreprise sont multiples et leur gestion requiert des expertises différentes mais pourtant complémentaires. Avec une stratégie et des solutions digitales adaptées, il est possible d’accéder collectivement à une vision globale, fiable et exhaustive des patrimoines de l’entreprise. L’objectif ? En faire un élément d’optimisation de la performance opérationnelle et financière.

La gestion des patrimoines : nouvelle notion ou approche toujours plus actuelle ?

Connaître le patrimoine de l’entreprise et agir afin de mieux le valoriser : voilà en quoi consiste la gestion des patrimoines. Alors, quels sont les périmètres concernés et les actions à mettre en place pour gérer efficacement ces questions à forts enjeux financiers et fiscaux ?

Un premier volet porte sur le patrimoine mobilier et sa bonne gestion opérationnelle. Cela passe nécessairement par une comptabilité et des inventaires fiables sur les stocks de matières premières, d’en-cours de production ou de produits finis. L’exemple des immobilisations, avec une comptabilité particulière liée aux entrées, aux sorties, aux dépréciations ou aux stratégies d’amortissements est éloquent. Une vision et une stratégie claire autour des actifs immobilisés permettent de maîtriser et de planifier les investissements futurs.

Dans un second volet, la gestion immobilière qui intègre le suivi comptable des baux, des loyers ou le pilotage des contrats liés aux surfaces exploitées.

Gérer ses patrimoines, c’est bien entendu répondre aux obligations fiscales. Cela implique donc une maîtrise approfondie des taxes, notamment sur la fiscalité locale : les taxes foncières, la cotisation foncière des entreprises, la cotisation sur la valeur ajoutée ou les taxes sur les surfaces commerciales.

Mieux dessiner les contours de la gestion des patrimoines

La gestion fluide des patrimoines n’est pas une tâche aisée donc, puisqu’elle se situe au croisement de différentes expertises, directions opérationnelles internes et est souvent pilotée depuis des différents lieux géographiques au sein d’un même groupe.

Elle met en relation les fonctions « support » transverses avec les lignes métiers, afin d’appréhender les besoins et l’utilisation qui est faite du patrimoine. Elle contraint les directions financières, comptables, juridiques et fiscales à des échanges permanents pour maintenir un niveau d’information et une réactivité adéquats. Elle demande également un dialogue entre le siège, les entités et les filiales.

Tous ces facteurs (multisites, multiservices, activités d’achats et de négoce non centralisées) accentuent les difficultés courantes liées aux inventaires, aux arrêtés, aux déclarations fiscales et aux autres besoins de suivi et pilotage des KPI financiers.

A chaque niveau entre en jeu une variété d’interlocuteurs, d’enjeux et d’arbitrages.

Pour être performante, la gestion des patrimoines demande une coordination de tous les instants entre les acteurs, une disponibilité immédiate de l’information et une vision globale fiable et précise des données pertinentes. Cela passe par l’utilisation de ressources et outils communs, dédiés aux problématiques comptables, fiscales et financières.

En effet, des outils mutualisés et automatisés écartent les risques liés à la répétition des tâches, aux contrôles peu opérants ou aux erreurs humaines, telles que les erreurs de saisie, de transmission ou de sauvegarde. Ils impactent positivement la productivité des équipes, la fiabilité des écritures et des déclarations et la finesse des mécanismes de reporting. Mais au-delà des risques directs, il faut considérer les gains et opportunités émanant directement d’une vision globale et structurée des patrimoines. Une vision exhaustive est un prérequis à l’optimisation de la performance.

Quelles sont les améliorations induites par une gestion efficace des patrimoines ?

Concrètement, la gestion globale et proactive des patrimoines demande un environnement de travail normé, constamment en conformité avec les législations en vigueur, unifié et transparent.

  1. Voici les clés pour établir des référentiels communs et des communications opérantes pour une gestion efficace :
  2. Une collecte sécurisée et centralisée des données pour un contrôle de la qualité de l’information.
  3. Des données disponibles en temps réel, consultables par tous les experts concernés.
  4. Des états (déclarations, pistes d’audit et documents financiers) conformes à la législation.
  5. Des tableaux de bords et des indicateurs clés accessibles, afin d’être de véritables outils d’aide à la prise de décision.

L’objectif est d’apporter une réponse complète et dynamique aux besoins des différents métiers concernés pour se prémunir de potentielles incidences fiscales et comptables et piloter toujours plus efficacement la performance économique du groupe.

Romain Paranque

product marketing manager – BU Tax

 

En matière fiscale, beaucoup d’erreurs proviennent de la fiscalité locale qui regroupe des problématiques variées, complexes et chronophages. L’automatisation étendue de ces déclarations (taxes foncières commerciale, industrielle et d’habitation ainsi que de la cotisation foncière des entreprises) vient simplifier et assainir le processus. En comptabilité, la gestion des patrimoines implique une mise à jour systématique des outils pour répondre aux normes françaises et internationales. Enfin, concernant le pilotage fiscal et financier, elle met à disposition en temps réel des tableaux de bord qui proposent les indicateurs clés sur chaque thématique.

Quels sont bénéfices d’une gestion dynamique et complète des patrimoines ?

Une bonne gestion des patrimoines permet d’optimiser le pilotage opérationnel et financier de l’entreprise, en particulier dans les périodes d’incertitude économique comme celle que nous traversons actuellement ou en cas d’évolutions réglementaires très fréquentes et pesant sur la productivité des équipes concernées. Une gestion et un suivi fluides et en temps réel des patrimoines de l’entreprise donnent à l’organisation les outils nécessaires pour agir par anticipation, et donc de manière plus sereine.

Bénéficier de référentiels à jour et partagés assure la fiabilité des écritures et des déclarations, en ligne avec la réglementation. Ces outils fluidifient également les échanges et la relation avec l’administration puisqu’ils offrent des pistes d’audit communes.

Ces systèmes sont aussi des supports de gestion performants pour les contrats de location ou de financement. Variation des taux indexés aux contrats, revalorisation des actifs et des loyers… tous les éléments constitutifs du patrimoine de l’entreprise peuvent être suivis sur l’ensemble de leur cycle de vie.

En résumé, adopter des applications dédiées à la gestion des patrimoines de l’entreprise, c’est l’inscrire dans un cercle vertueux pour un pilotage fiscal et financier plus simple et productif. Seule une gestion des patrimoines intégrée et dynamique permet d’analyser, de piloter et d’optimiser la performance économique de l’entreprise.

La gestion des immobilisations est un sujet sur lequel vous pensez devoir encore progresser ?