Economie de la plateforme : un nouvel écosystème à explorer pour les PME

A l’ère du numérique, les modèles de mise en relation client/vendeur se transforment. Popularisée par des leaders comme Amazon et Blablacar, l’économie de la plateforme est parfaitement adaptée aux PME. Elle implique cependant implique un changement d’état d’esprit qui remet en cause des pratiques établies depuis longtemps.

 

C’est une tendance forte de la transformation digitale de l’économie. On l’appelle « la plateformisation » ou l’économie de la plateforme. Ses têtes d’affiche sont très médiatisées. Qu’il s’agisse de Uber, Blablacar ou AirBn’B, la proposition de valeur est facile à comprendre : mettre en relation une offre et une demande bien réelles mais qui n’ont pas de lieu pour se rencontrer et contractualiser. C’est un aspect de l’économie de la plateforme mais ce n’est pas le seul.

 

Pour une PME installée sur son marché et sur son territoire, l’économie de la plateforme prend une dimension différente. Il s’agit de rapprocher son offre de produits et/ou de service d’autres offres complémentaires et parfois concurrentes afin de créer un environnement plus riche et attrayant pour les acheteurs.

 

Un nouveau paradigme

 

A l’instar du social selling (lien vers article), l’économie de la plateforme implique un changement d’état d’esprit qui remet en cause des pratiques établies depuis longtemps. En premier lieu, il faut accepter l’idée que travailler au sein d’un écosystème ouvert est plus créateur de valeur que de travailler seul. Une version revisitée de « l’union fait la force » en mode digital.

 

C’est le cas de La Ruche Qui Dit Oui , une plateforme qui regroupe 5000 producteurs locaux de produits alimentaires – fruits et légumes, fromages, etc – répartis sur toute la France. Elle propose aux consommateurs de commander en ligne et de retirer leurs achats chaque semaine dans un lieu physique. Cette offre élargie attire près de 140 000 clients chaque semaine et offre ainsi une visibilité et un chiffre d’affaires additionnel à des producteurs qui n’ont ni le temps, ni les moyens de s’offrir des actions de marketing.

 

Tous les secteurs sont concernés

 

Une plateforme comme Etsy regroupe des artisans dans plusieurs domaines (bijoux, vêtements, etc) qui proposent des produits « fait main » ou « à la demande » avec le même succès. Plusieurs plateformes proposent déjà des services informatiques ou des experts de tous les secteurs pour des missions de conseil.

 

L’économie de la plateforme est un modèle qui s’applique à tous les secteurs. Née avec Internet, elle s’est d’abord développée avec des grands sites e-commerce comme Amazon ou Priceminister qui hébergent depuis longtemps l’offre de milliers de commerçants.

 

Elle s’est développée grâce à des technologies comme le Cloud et les interfaces de programmation (APIs) qui permettent de connecter les systèmes d’information pour échanger les données mais aussi de créer des plateformes pour un coût abordable et capable de monter en charge pour gérer la croissance des transactions.

 

Créer ce nouvel outil est donc  accessible à toute PME désireuse d’évoluer dans l’univers de l’économie digitale et d’enrichir ses expériences. Sa création peut être portée par un regroupement d’entreprises régionales ou une organisation professionnelle.

 

A RETENIR :

 

  • L’économie de la plateforme est un nouveau modèle de mise en relation entre vendeurs et clients
  • L’économie de la plateforme est née de l’essor de l’Internet et s’applique à tous les secteurs
  • L’économie de la plateforme implique un changement d’état d’esprit qui remet en cause les pratiques commerciales
  • Une PME peut créer sa plateforme ou rejoindre une plateforme opérée par un tiers

 


Rester informé

Recevoir gratuitement la newsletter Cegid

S'abonner