ERP, Finance & Fiscalité

Directions financières en pleine mutation – 1ère partie : l’environnement changeant de la fonction finance

11 Fév 2019

Ces dix dernières années, le monde de l’entreprise et les différents services qui la composent ont connu des mutations profondes. Face aux importantes innovations technologiques, à la volatilité croissante des marchés, à l’évolution du cadre réglementaire, ainsi qu’à la place de plus en plus stratégique de la fonction finance dans l’entreprise, les priorités des décideurs financiers et les enjeux auxquels ils sont confrontés n’ont cessé d’évoluer.

Quelles évolutions viennent bouleverser le cadre dans lequel les DAF de demain seront amenés à opérer et quels sont les défis qu’ils doivent, dès aujourd’hui, se préparer à relever ?

La digitalisation croissante de la fonction finance

La transformation digitale des entreprises continue d’imposer à la fonction finance de repenser son modèle opérationnel afin de s’adapter aux changements introduits par les nouvelles technologies telles que le Big Data, l’IA, le machine learning ou la robotisation…

La digitalisation des entreprises s’est tout d’abord traduite par une importance croissante accordée aux données. Au fil du temps, les directions financières ont vu s’ajouter aux données endogènes qu’elles géraient jusque-là un volume croissant de données issues de sources extérieures à l’entreprise, dont elles n’ont pas nécessairement la maîtrise, ou qu’elles n’ont pas l’habitude de monitorer. L’enjeu pour les DAF est d’être capables d’analyser ces données pour nourrir les stratégies d’entreprise et accélérer les prises de décision.

De son côté, l’IA, dont l’illustration la plus courante au sein de la fonction finance est l’automatisation des processus comptables, reste un sujet d’actualité pour les directions financières. Les solutions d’automatisation dédiées à la fonction finance sont d’ores et déjà en plein essor avec, à la clé, la promesse de nombreux avantages, parmi lesquels une réduction des coûts, une plus grande efficacité, et une performance accrue. L’automatisation est d’ailleurs plébiscitée par 48% des directeurs financiers, selon le rapport Priorités 2019 du Directeur Financier de PwC.

 

Un environnement caractérisé par la volatilité et le risque

Dans un contexte de paysage économique mouvant et de cycles décisionnels de plus en plus courts, il est devenu particulièrement difficile de piloter des stratégies à long terme. Les marchés sur lesquels opèrent les ETI et les grandes entreprises étant très volatils, nul n’est à l’abri de l’arrivée d’un nouvel acteur innovant et disruptif. L’ensemble des services de l’entreprise, et notamment les directions financières, doivent donc faire preuve d’une grande agilité et de réactivité pour s’adapter aux changements. Il est donc essentiel pour les DAF d’être en mesure de fournir et d’analyser, en temps réel, des données fiables et de haute qualité qui permettront de soutenir la stratégie d’entreprise.

Par ailleurs, les missions du DAF doivent désormais incorporer l’anticipation et la gestion d’un large éventail de risques d’ordre fiscal, stratégique, réputationnel, réglementaire, sans oublier les risques liés à la cybersécurité… Cet aspect du rôle du DAF devrait prendre une place de plus en plus importante à l’avenir, particulièrement au sein des grands groupes.

 

Un cadre réglementaire évolutif et incertain

Modernisation économique, protection des données, lutte contre la fraude fiscale – le cadre législatif, lui aussi, se complexifie et soumet les directions financières à des exigences de conformité toujours plus nombreuses. Il est donc vital pour les DAF de réussir à s’approprier rapidement les nouvelles règles juridiques et anticiper leur entrée en vigueur afin de répondre efficacement à l’évolution du contexte législatif, notamment à l’international. Maîtriser et s’adapter à ces nouvelles exigences règlementaires est un défi d’autant plus grand que des événements inattendus tels que le Brexit ou de nouveaux accords internationaux comme le CETA (Comprehensive Economic and Trade Agreement) viennent sans cesse rebattre les cartes du paysage législatif.

Il ne s’agit pas pour autant d’envisager uniquement la pression législative comme une contrainte. En effet, les projets de mise en conformité sont également source d’opportunités pour les directions financières. En s’adaptant aux évolutions du cadre réglementaire, elles sont encouragées à repenser certains de leurs processus et peuvent ainsi en profiter pour les enrichir et en améliorer l’efficacité.

 

La place de plus en plus stratégique des directions financières

Enfin, à l’échelle de l’entreprise, la fonction finance continue d’occuper une place de plus en plus stratégique. Erigés en véritables « business partners », les DAF sont devenus pilotes de la performance d’entreprise. Là où ils avaient historiquement un rôle de gestionnaire et de technicien comptable, ils jouent désormais un rôle clé dans l’accompagnement de la croissance d’entreprise. À ce titre, ils doivent être en mesure de fournir aux métiers des informations toujours plus complètes et pertinentes, tout en réduisant les délais de reporting afin de viser le temps réel. Comme le souligne PwC dans son rapport Priorités 2019 du Directeur Financier, le pilotage de la performance reste la première priorité pour 72% des DAF. Pour y parvenir, les DAF devront notamment s’équiper d’outils de mesure efficace et développer leur rôle de conseil auprès de la direction générale de manière à éclairer et faciliter les prises de décisions.

Face à l’évolution du métier et des enjeux des directions financières, les DAF devront donc renforcer leur expertise et développer de nouvelles compétences pour relever ces nouveaux défis et éviter les écueils qui pourraient freiner leur transformation.

Article

Automatisation des flux financiers avec Cegid XRP Ultimate : Mise en place et bénéfices