Logiciel SaaS

Directions financières en pleine mutation – 3ème partie : l’alliance stratégique entre DAF & DSI

Retour aux ressources

ERP Grandes entreprises

25 février 2019

Dématérialisation, automatisation des processus, big data… La transformation de l’entreprise, et plus particulièrement de la fonction finance, se fait au rythme d’avancées technologiques majeures qui obligent les décideurs financiers à développer des compétences techniques plus poussées. C’est pourquoi il est devenu indispensable que les DAF se rapprochent du département informatique et qu’ils renforcent leur collaboration avec le DSI. Cette collaboration est au cœur de la modernisation de la fonction finance et essentielle au succès de sa transformation.

4 min

Comment les relations entre les deux métiers ont-elles évolué au fil du temps ? Comment se conjuguent désormais leurs expertises et quelle est la marche à suivre pour travailler efficacement à la bonne mise en œuvre des projets ?

Vers un apaisement des relations

Du fait de leur influence grandissante au sein des entreprises, les directeurs financiers ont progressivement été amenés à jouer un rôle de plus en plus stratégique dans les décisions relatives aux investissements technologiques. Avec ces nouvelles responsabilités, les DAF se sont retrouvés à intervenir dans des domaines qui jusqu’ici appartenaient au périmètre du DSI. Cette montée en compétence des DAF sur le choix des technologies et l’optimisation de leurs coûts a dans certains cas donné lieu à la mise à l’écart de la DSI sur ces sujets, entraînant des tensions entre directions financière et informatique, chacun des métiers souhaitant maintenir le contrôle sur son propre domaine d’expertise. Selon une étude Forbes Insights intitulée « IT transformation : Success hinges on CIO/CFO collaboration » réalisée en 2017, 89% des décideurs estimaient que la collaboration entre les DSI et les DAF était encore freinée par d’importants obstacles, allant d’une vision datée du rôle de chacun à des structures hiérarchiques obsolètes ou encore des priorités contradictoires.

Pourtant, seule la collaboration entre les deux services, fondée sur une relation plus régulière et plus qualitative, peut permettre de choisir les outils technologiques les plus pertinents pour l’entreprise et ainsi en accélérer la transformation digitale. Dès lors, il s’agit pour la finance et l’informatique de s’appuyer sur la complémentarité de leurs visions lors de la mise en place de projets nécessitant les connaissances métiers des deux services. Cette collaboration aujourd’hui indispensable entre le DAF et le DSI s’inscrit d’ailleurs dans une démarche plus globale qui pousse les entreprises à véritablement « désiloter » leurs fonctions supports pour mieux faire face aux défis à relever. Les collaborateurs sont ainsi encouragés à identifier des synergies entre les métiers afin de faire naître de nouvelles collaborations stratégiques.

Des expertises complémentaires

Les décideurs financiers sont amenés à internaliser un certain nombre de compétences techniques de manière à appréhender des outils technologiques de plus en plus sophistiqués. Dans le cadre de cette démarche, le DSI constitue un appui important. Il est donc vital pour les directions financières d’établir et de cultiver une relation de confiance et de partenariat avec le département informatique.

Outre l’accompagnement que les DSI peuvent apporter aux DAF pour les aider dans leur montée en compétences, l’IT joue un rôle clé en matière d’investissement technologique car ils sont les plus à même d’aiguiller les choix de la direction financière. Et si les DAF restent maîtres des dépenses et de la gestion financière, l’adhésion de l’IT aux investissements technologiques permet d’assurer que l’exploitation des outils sera optimisée au mieux pour fournir les bénéfices attendus.

Les DAF et DSI ont donc tout intérêt à travailler ensemble pour tirer profit de la complémentarité de leurs expertises et générer des économies significatives bénéficiant aux deux services. Travailler main dans la main permet également de mieux appréhender les problématiques liées au risque, à la sécurité et à la gouvernance des données ou encore à la conformité.

Travailler ensemble à la mise en œuvre des projets

Toujours selon l’étude Forbes Insights, 96% des décideurs interrogés considèrent la collaboration entre DSI et DAF comme « importante » voire « essentielle » à la réussite de l’entreprise. Pour garantir une collaboration pertinente et pérenne, l’IT et la finance doivent développer une meilleure compréhension des attentes, enjeux respectifs et pressions qui pèsent sur chacun des deux services.

Cette relation de partenariat doit se traduire, lors de la mise en place de projets technologiques, par une réflexion conjointe entre DAF et DSI en amont du projet. Cette phase initiale d’audit leur permettra de bien identifier les process actuels et de réfléchir à la manière dont les collaborateurs seront amenés à travailler avec les nouvelles technologies introduites au sein de l’entreprise, de manière àsélectionner, ensemble, les solutions les plus adaptées.

L’implication de la DSI est en effet déterminante pour anticiper tout problème lié à la gestion de l’infrastructure, la continuité d’activité ou aux questions d’interopérabilité avec la technologie existante, et ainsi réduire le risque de sous-estimer la complexité de mise en œuvre des projets. Ce problème est en effet cité comme cause de l’échec ou du report des projets technologiques par 42% des entreprises interrogées dans le cadre de l’étude Automatisation des fonctions finance : tendance du marché réalisée par Mazars en novembre 2018.