Digitalisation de la fonction Finance

Alors que la transformation numérique est au cœur de la stratégie des entreprises, la fonction finance est-elle sur les rails de la digitalisation ? Pour celles qui sont en quête de performances, elle est inévitable.

La digitalisation de la fonction finance est aujourd’hui incontournable dans l’entreprise. Les directions financières sont plus que jamais appelées à jouer un rôle déterminant dans la conduite des projets stratégiques. « Il y a aujourd’hui une nécessité absolue de communiquer des informations fiables et vérifiées, issues de modèles audités, contraintes par des normes comptables et réglementaires », remarque Michel Elmaleh, managing partner du pôle Advisory chez Deloitte. Selon lui, cette injonction se développe aujourd’hui plus largement sous l’impulsion du digital alors qu’elle était par le passé concentrée sur l’allocation optimale du capital, l’organisation et l’efficacité opérationnelle.

Le périmètre d’action des directions financières était auparavant cantonné aux fonctions de reporting et de contrôle des dépenses pour améliorer l’activité opérationnelle de l’entreprise. Aujourd’hui, il s’étend à l’analyse descriptive, prédictive ou prescriptive des données. L’objectif ? Optimiser la gestion du risque, la mise en conformité des réglementations et, surtout, la prise de décision dans l’entreprise.

Un inévitable changement de modèle

Cette approche renouvelée de la fonction finance implique des transformations rapides. À commencer par l’introduction de nouvelles compétences : la veille et la fourniture en temps réel d’indicateurs fiables par les business analysts, les statisticiens ou les data scientists sont essentielles. « La digitalisation soulève des problématiques de dématérialisation et de sécurisation nouvelles et amène la mise en place d’outils robotiques. Tous ces nouveaux outils mobilisent des expertises pointues », estime Michel Elmaleh.

Les directions financières sont conscientes de ce changement de modèle en cours. Si on en croit la dernière étude de PwC sur les priorités des directeurs financiers en 2018, la transformation de la fonction finance est au cœur de leurs préoccupations : « 53 % d’entre eux ont un projet de transformation en cours ou à venir dans les douze prochains mois (contre 43 % en 2016) ».

Une transformation en douceur

Dans la course à la transformation numérique, la fonction finance emboîte le pas aux fonctions achats, marketing ou encore commerciale qui ont été les premières à se digitaliser. « 35 % des directeurs financiers déclarent avoir défini une stratégie digitale pour leur fonction », confirme le cabinet de conseil BearingPoint. Une évolution qui se fait en douceur pour s’assurer que les nouveaux outils permettent de garantir la sécurité des données.

Les directeurs financiers estiment avoir besoin de prendre le temps d’appréhender les enjeux de la digitalisation de leur fonction. Or la formation en entreprise cible souvent la prise en main des nouveaux outils technologiques plutôt que la mise en œuvre d’une réflexion sur leur impact métier et sur les bonnes pratiques à adopter. Une vision plus stratégique de la digitalisation est fondamentale pour faire les bons choix et aboutir à une organisation plus transversale.

Un moyen d’accroître la valeur ajoutée de la fonction finance

Dégager du temps pour l’analyse prédictive des données, c’est possible grâce à la digitalisation : mettre en œuvre des process de dématérialisation des données et d’automatisation des tâches administratives et comptables à moindre valeur ajoutée devrait permettre aux équipes des pôles financiers de se recentrer sur leur cœur de métier. Aujourd’hui, dans leur très grande majorité, « les contrôleurs de gestion déplorent le temps passé à produire des données, au détriment du temps consacré à l’analyse. Le développement de robots devrait permettre de modifier le temps alloué à chaque tâche », précise Sébastien Cannizzo, partner chez Deloitte. D’autant, ajoute-t-il, que « les métiers de consolideur et de contrôleur financier ont tendance à se complexifier. Ces collaborateurs doivent en effet être à même de consolider les données financières et les données business, tout en intégrant les données métiers ».

Aux défis de la digitalisation s’ajoutent les nouvelles réglementations comptables et fiscales comme IFRS16. Elles renforcent l’importance de disposer de solutions de gestion totalement intégrées et évolutives comme un ERP Finance. Grâce aux processus automatisés de gestion de documents comptables, de paie, de trésorerie et de fiscalité, les responsables de pôle financier gagnent du temps. Ils peuvent alors se consacrer à l’exploitation des données financières de l’entreprise. Aujourd’hui, Pascal Corcos, responsable des activités de conseils pour les directions financières au sein du cabinet PwC, l’affirme : « plus de 89 % des directeurs financiers interrogés prévoient d’utiliser de nouvelles techniques d’analyse de données pouvant aller jusqu’au prescriptif ».

Découvrez le portrait du DAF du futur en chiffres et en images !


Rester informé

Recevoir gratuitement la newsletter Cegid

S'abonner