Logiciel SaaS

Les cinq tendances majeures de l’e-commerce

Retour aux ressources

Retail & Distribution

26 janvier 2017

3 min

. Une croissance exceptionnelle quasiment partout dans le monde

En France, l’essor des ventes en ligne se poursuit depuis plus de dix ans avec des progressions à deux chiffres chaque année. Selon la Fédération du e-commerce et de la vente à distance (Fevad), le marché du e-commerce français frise les 65 milliards d’euros en 2015 et enregistre une croissance de 14,3 % par rapport à 2014. Dans le monde, il a franchi la barre des 840 milliards de dollars en 2014, affichant une croissance de 20 % (selon AT Kearney) et ce chiffre devrait quasiment doubler en 2018.

2. Une population de plus en plus connectée et cyberacheteuse

Récemment une étude de Rocket Fuel menée en France, Angleterre, Allemagne, Espagne et Italie a montré que 41 % des consommateurs européens (38 % des Français) envisageaient d’effectuer la majorité de leurs achats de Noël 2015 en ligne ! En France, d’après l’Observatoire des usages Internet de Médiamétrie, alors que le nombre d’internautes est relativement stable (à 36,3 millions en hausse de 1 % en 2015), acheter en ligne est une pratique partagée par plus de huit internautes sur dix (82 % soit une hausse de 4,6 points en 1 an).

3. Une progression portée par les smartphones

Avec leurs écrans de plus en plus larges, les smartphones devraient progressivement détrôner les tablettes. D’autres points d’accès à Internet comme la TV et bientôt des voitures connectées vont encore dynamiser le secteur. Au niveau mondial, la moitié des transactions e-commerce s’effectue déjà via plusieurs appareils. Mais le poids du m-commerce varie selon les pays. Ainsi selon une étude de Webloyalty, les Français achètent moins sur leur mobile que les Espagnols et les Allemands. Ils l’utilisent pour trouver des informations, consulter un prix mais ont tendance à finaliser leurs achats dans un autre circuit. Selon la Fevad, le marché français du m-commerce est cependant estimé à plus de 6 milliards d’euros soit 10 % du marché e-commerce.

4. Une fréquence d’achat et un nombre de sites en hausse

En France, les acheteurs ont réalisé en moyenne 23 transactions sur l’année (soit près de 2 achats par mois) en 2015 pour un montant de 1 780 euros (1 640 euros en 2014). Cela représente une augmentation de 13 % du nombre annuel de commandes par acheteur et un montant annuel des dépenses en progression de 8 %. Cette fréquence d’achat profite aussi de la progression du rythme de création de sites. Le nombre de sites marchands a augmenté de 16 % en un an soit près de 25 000 sites supplémentaires sur 12 mois. Il y a désormais plus de 182 000 sites marchands actifs en France.

5. E-commerce : un relais de croissance pour les réseaux physiques

Le e-commerce est une formidable opportunité de croissance pour les enseignes qui bénéficient d’atouts dont ne disposent pas les pure players. Ces derniers doivent réaliser des investissements colossaux pour lancer de nouveaux services et satisfaire leur clientèle. Les consommateurs recherchent aujourd’hui des services complets que seuls les « click and mortar » peuvent offrir comme des services de e-réservations, de livraisons ou des retours d’articles en boutique. Près de 60 % des consommateurs français pensent ainsi qu’un service de « click and collect » améliore leur expérience d’achat. Un site e-commerce est aussi une passerelle pour tester et conquérir de nouveaux marchés internationaux avant d’y ouvrir des boutiques.