Cegid Innovation Store : Le paiement aussi doit faire sa mue omnicanale

7 clients sur 10 ont abandonné leurs achats car la file d'attente était trop longue. Ce chiffre, issu de l'étude sur les attentes des consommateurs 2019 réalisée par Adyen, spécialiste du paiement, prouve bien que la gestion de l'encaissement reste un élément crucial dans le parcours d'achat à ne pas négliger. Et avec l'avènement de l'omnicanal, le classique scénario d'une caisse installée sur une large banque avec d'un côté un client et de l'autre un vendeur ne suffit plus. L'ère est à la mobilité et à la multiplication des services omnicanaux.

Et ce sont les clients eux-mêmes qui le demandent. Toujours selon l’étude d’Adyen, 49% d’entre eux souhaitent plus d’innovations en magasin « dont l’usage de tablette vendeur« , précise Philippe De Passorio, Managing Director France et Italie chez Adyen. Ces outils génèrent également plus de conversions. D’après l’étude d’Adyen, 56% des consommateurs ont acheté en plus dès lors qu’un scénario omnicanal leur a été proposé. Pour les enseignes, l’ajout d’un rayon virtuel s’impose pour ne rater aucune vente.

Un paiement sécurisé et mobile au service de la relation client en magasin

Le Cegid Innovation Store met notamment en exergue l’intérêt de la mobilité du personnel de vente et les enjeux derrière ces outils qui permettent de répondre toujours favorablement aux besoins des clients en magasin. Le scénario mis en place dans la boutique repose sur l’utilisation d’un « Mobile POS », plus connu sous le nom de « MPOS » et d’un terminal de paiement Adyen (E285). Cette solution permet d’effectuer un paiement sécurisé via un dispositif complètement intégré dans la relation de conseil et de vente établie par le vendeur. Et depuis Cegid Connections 2019 à Madrid, « nous avons ajouté comme nouvelle fonctionnalité la gestion de la détaxe dans le MPOS« , indique Christian Comtet, Retail Product Manager chez Cegid.

Au-delà du paiement, les outils de mobilité permettent aux marques de créer de nouvelles expériences en point de vente grâce à une relation plus forte entre le vendeur et le client. Le vendeur peut ainsi accéder à l’historique d’achat du client, ses parcours clients on-line et offline ou encore à la wishlist du client avant d’engager une conversation avec lui (clienteling).

Le paiement en mobilité avec Adyen s’impose également pour pouvoir accepter les nouveaux moyens de paiement digitaux qui se développent en France comme à l’international. Citons, sans être exhaustifs, les wallets Alipay et Wechat (Chine), LyfPay (France), Bluecode (Autriche), Momo Pocket (Espagne), Vipps (Norvège), Pagaqui (Portugal), ePassi et Pivo (Finlande). L’enjeu pour les enseignes est d’être rapidement en capacité d’accepter ces moyens de paiement pour ne pas perdre en chiffre d’affaires. Or, l’usage de MPOS facilite ce déploiement à grande échelle, l’intégration des outils Cegid et Adyen étant conformes dans de très nombreux pays du monde.

En revanche, pour s’assurer du bon déploiement de ces outils de mobilité vendeur, il est capital de former les équipes magasins. « Cela passe par une mise à plat des process métiers ainsi que par l’accompagnement du personnel de vente dans l’adoption des outils digitaux« , conclut Christian Comtet.

 

L’avis de Cegid : En complément d’une caisse physique, le MPOS permet d’envisager plusieurs scénarii pour répondre aux nouvelles attentes des consommateurs. Il est en revanche capital de bien définir les parcours et surtout d’accompagner les vendeurs dans cette transformation digitale avec une formation adéquate.

Le partenaire technologique : Adyen a été créé en 2006, il s’agit d’une plateforme de paiement internationale et omnicanale qui se connecte à tous les moyens de paiement. En 2018, l’entreprise a annoncé un revenu net de 348,9 millions d’euros et a opéré plus de 159 milliards d’euros en volume de transactions.

Pour découvrir cette innovation magasin en réel, visitez le Cegid Innovation Store à Lyon.