Ce site utilise des cookies en vue d'améliorer votre expérience en ligne. En poursuivant votre navigation, vous acceptez que les cookies soient utilisés à des fins d'analyse, de pertinence et de publicité. En savoir plus

Choisissez votre pays

Le blog du Retail à l'ère du commerce connecté

Zéro stock, c’est possible ?

Gérer un site e-commerce sans stock, mythe ou réalité ? Réalité ! Aujourd’hui, la vente en ligne s’affranchit des contraintes auxquelles les magasins physiques sont soumis. La technique du « zéro stock » n’est absolument pas un frein au développement d’une activité ou au lancement d’un espace de vente en ligne par une startup ! Notez cependant que le « juste à temps » est un pari que tout le monde ne peut (doit) pas se lancer.

Qu’est-ce que le zéro stock ?

La méthode du « zéro stock » – également appelée méthode du « juste à temps » – provient à l’origine de l’industrie automobile. Elle a été inventée par le constructeur japonais Toyota.
Le principe dans ce secteur ?
Lorsque quelqu’un achète une voiture chez un concessionnaire, il n’en dispose pas immédiatement. Il lui faut d’abord attendre qu’elle soit fabriquée car, dans la majorité des cas, la société ne l’aura pas en stock.

Commerce en ligne : la méthode “juste à temps”

Dans le commerce en ligne, il est également possible aujourd’hui d’adopter cette méthode du « juste à temps ». Elle permet, notamment dans le cas du lancement d’une entreprise, de concentrer sa trésorerie – et son attention – à l’innovation, à la communication et aux infrastructures.

Avoir du stock mobilise en effet de l’argent, de la place et… de l’énergie, qu’un commerce naissant préférera placer ailleurs !

Aujourd’hui, l’impression 3D représente une réelle opportunité de développer le zéro stock en BtoB. Pour les petites quantités, il suffit de lancer la production une fois la commande passée seulement !

Le drop shipping : votre client servi par votre fournisseur

La méthode du « zéro stock » s’appuie cependant principalement sur celle du drop shipping. Dans ce cas, ce sont les fournisseurs qui expédient directement les commandes aux clients. Des plateformes spécialisées en drop shipping existent également pour soulager les sites e-commerce qui veulent simplifier leur expérience de livraison.

À noter, un impératif même avec le drop shipping : personnaliser les envois.
Le fournisseur doit préciser le nom et l’adresse de retour du vendeur, inclure la facture et les documents nécessaires au client.
Le « private label shipping » a le mérite de rendre transparent le drop shipping : le client n’a pas conscience que le produit lui a été envoyé par une autre société ! L’expérience client n’est ainsi pas dégradée par l’intervention d’une société inconnue.

Les avantages du zéro stock et du drop shipping

Le drop shipping n’est pas sans avantages pour un responsable e-commerce :

  • Virtuellement, la boutique en ligne peut proposer autant de références qu’elle le souhaite. La seule limite ? Celles que définiront les capacités des fournisseurs et leurs catalogues ! Par ailleurs, plus de références, c’est un meilleur référencement sur les moteurs de recherche… à condition, bien sûr, de ne pas se contenter de recopier les descriptions proposées par les fournisseurs.
  • Une meilleure réactivité quant aux attentes des consommateurs, sans être dépendant de l’état du stock et de la nécessité de l’écouler.
  • La possibilité de ne proposer que des nouveautés.

Les limites du zéro stock

Attention, le « zéro stock » ne convient pas à toutes les activités. Il ne doit pas non plus constituer une fin en soi. C’est assez simple, si vous ne voyez pas comment mettre en place la méthode du « juste à temps » dans votre domaine… ne le faites pas !

Par exemple, certaines activités saisonnières ne peuvent pas mettre leurs capacités de production au niveau des pointes de consommation. Celles-ci sont donc bien contraintes de prévoir un stock pour répondre aux fluctuations de la demande.

Dans le e-commerce BtoB comme dans les magasins physiques, les solutions miracles n’existent pas. Avec le drop shipping, les marges sont réduites : le fournisseur répercute le coût de l’incertitude, puisqu’il ne connaît pas à l’avance les volumes qu’il devra produire. Quid également d’un problème sur la chaîne de production et de la gestion des délais ?

En résumé, votre commerce, qui a ses propres impondérables, dépend d’une autre structure qui peut elle-même rencontrer des problèmes. Notre conseil : prévoyez des fournisseurs de secours pour parer à toutes les éventualités. Ainsi, vous ne risquez pas de dégrader l’expérience client.

Adopter une stratégie « zéro stock » est donc un pari qui vaut le coup, mais qu’il ne faut tenter qu’après mûre réflexion. Notez que si vous vous lancez dans la méthode « juste à temps », nous vous conseillons de le faire en vous appuyant sur un logiciel ERP, qui vous permettra de gérer vos tâches quotidiennes avec une grande efficacité !

Voir nos solutions pour les entreprises de négoce   Voir nos solutions pour le commerce de détail

21 juillet 2016
Nous contacter