Face au Coronavirus, la mode et le retail se mobilisent et préparent l’après-crise

Alors que le Covid 19 continue de sévir dans le monde, les secteurs du luxe et du retail multiplient les initiatives pour faire face à la crise sanitaire et économique. Difficile de dresser une liste exhaustive de toutes ces actions tant elles sont nombreuses en France et dans le monde. Voici quelques exemples remarquables qui montrent que les marques et les enseignes restent solidaires et continuent d’innover.

Dès le 16 mars, jour de l’annonce du confinement en France, le Groupe LVMH mobilisait les unités de production de sa branche Parfums & Cosmétiques pour fabriquer gratuitement du gel hydroalcoolique en grande quantité au profit de l’AP-HP. Grâce à l’efficacité de son réseau mondial, le groupe de luxe trouvait également un fournisseur industriel chinois capable de livrer dix millions de masques et finançait intégralement la première semaine de livraison.

Chanel qui a pris la décision de maintenir à 100% les salaires de ses 8 500 employés incluant les Métiers d’art et les manufactures, les sites de production ainsi que la société Eres, s’est engagé à hauteur de 1,2 million d’euros auprès de structures hospitalières et de fonds d’urgence. La Maison a déjà fourni plus de 50 000 masques à plusieurs hôpitaux, aux sapeurs-pompiers, à la police et à la gendarmerie dans plusieurs départements et elle mobilise 150 couturières et couturiers de ses ateliers haute couture, prêt-à-porter et maisons d’art pour produire des masques de première protection et des blouses.

La Maison Hermès a elle aussi renoncé au chômage partiel et fait un don de 20 millions d’euros à l’AP-HP. Le groupe a par ailleurs produit avec son site Parfum du Vaudreuil, plus de trente tonnes de gel hydroalcoolique et offert plus de 31 000 masques de protections issus des différentes entités de l’entreprise.

Mobilisation générale pour la fabrication de masques

Le géant de la cosmétique L’Oréal n’est pas en reste. Il a mobilisé sa marque La Roche-Posay pour la fabrication de gels hydroalcooliques destinés aux hôpitaux. Il maintient 100% de ses emplois et salaires et a mis à la disposition des autorités françaises ses infrastructures opérationnelles en France et en Chine pour commander du matériel médical en grande quantité́.

Partout, dans l’Hexagone, les marques comme celles du groupe de lingerie CL (Chantal Thomass, Chantelle, Passionata), des spécialistes de la maille (Lacoste, Saint James, Petit Bateau), de la lingerie (Etam, Eminence) ou du linge de maison (Blanc des Vosges, Tradilinge), reconvertissent leurs ateliers pour fabriquer des masques et faire face à la pénurie.

Decathlon a pour sa part bloqué les ventes de son masque de plongée Easybreath qui, après transformation, peut être relié au respirateur artificiel pour les patients atteints du coronavirus ou servir à protéger le personnel hospitalier. Autre initiative remarquable, celle de Kiabi qui, par un don massif de vêtements, ajusté localement en partenariat avec les associations de terrain, a choisi de soutenir prioritairement les personnes les plus vulnérables et impactées par le contexte actuel : jeunes mamans, femmes victimes de maltraitance et violences conjugales, personnes démunies sans domicile fixe, familles en situation précaire et personnes en situation de handicap ou dépendance. Il distribue aussi des kits d’urgence puériculture auprès des maternités françaises.

A l’étranger, les marques sont également nombreuses à se mobiliser. En Italie, le spécialiste des doudounes haut de gamme Moncler a décidé de soutenir le financement de la construction d’un hôpital d’urgence près de Milan avec un don de 10 millions d’euros à la région de Lombardie. Le fabricant d’électroménager Dyson a pour sa part annoncé la production de 10 000 respirateurs au Royaume-Uni dont la moitié sera offerte aux hôpitaux du pays.

Et les initiatives continuent sur tous les continents.

Démarches RSE et sauvegarde du savoir-faire français : des enjeux prioritaires

Et d’ores et déjà, le retail se penche sur l’après Coronavirus. « On ne pourra pas revenir au business as usual après cette crise », a récemment souligné Frédéric Keck, directeur de recherche au CNRS et directeur du Laboratoire d’anthropologie sociale, interviewé dans le quotidien Le Monde. Santé, travail, vie connectée, soif de collectif, écologie : les aspirations des Français sont déjà là et certaines tendances pourraient être amplifiées selon Sociovision. Plus informés et parfois plus experts, les Français exigeront encore plus de transparence, plus de garanties sanitaires, plus de qualité et sans doute plus de proximité pour les lieux de fabrication des produits.

Beaucoup de marques ont déjà compris ou anticipé certaines tendances, à l’instar de Claudie Pierlot, par exemple. L’objectif de la marque du groupe SMCP est ainsi de rendre 80 % de ses collections éco-responsables d’ici à 2025. Elle s’est également dotée d’une feuille de route à 3-5 ans pour limiter le réchauffement climatique mondial et met l’humain au cœur de ses priorités à travers son programme « Claudie Cares »

Plus que jamais, les enjeux prioritaires vont aller aux démarches RSE et à la sauvegarde des savoir-faire français.

Pour aller plus loin, découvrez votre nouveau livre blanc « Retail The New Way ».