ERP

Panorama des ERP en 2019 : d’une révolution à l’autre…

6 Mai 2019

Dans le marché des ERP, les dernières années ont été particulièrement agitées. Les innovations techniques et la transformation des usages ont profondément changé les façons de concevoir cet outil central dans la vie d’une entreprise. L’offre actuelle est à l’image de ces transformations passées mais révèle également quelques signes des (r)évolutions à venir.

Un marché de l’ERP plus ouvert

En quinze ans, le marché des ERP s’est considérablement ouvert. En 2004, les éditeurs allemands et américains trustaient largement les parts de marché, au niveau monde comme en France. Depuis, leur position est nettement moins hégémonique, avec une déconcentration du marché liée notamment à un intérêt croissant des entreprises pour ce genre d’outils.

 

La révolution Cloud pour sublimer l’ERP

La seconde transformation majeure de ces dernières années est celle qui a vu le Cloud gagner en popularité jusqu’à devenir la norme auprès des entreprises de toutes tailles. Selon une étude de la Cloud Security Alliance, 64 % des organisations ont déjà adopté le SaaS ou vont faire migrer leur ERP dans le Cloud.

Ce changement de paradigme a de nombreuses causes (maîtrise des coûts, sécurité…) mais l’une des principales est certainement la volonté de faciliter les montées de versions. Confrontées à des changements réglementaires fréquents et importants (prélèvement à la source, IFRS, contrôle informatisé des comptabilités, etc.) entraînant des mises à jour régulières, les entreprises disposent avec le Cloud d’un moyen de se dispenser de projets informatiques lourds et chronophages autour de la conformité et de la réglementation. Ainsi, elles restent concentrées sur les évolutions technologiques propres à leur cœur de métier.

On le voit : l’ERP a toujours la cote ! Notamment auprès des start-up, à l’image d’un Michel & Augustin qui a décidé de passer directement d’une gestion sous Excel à un ERP afin de structurer la fonction financière et d’accompagner la transformation de l’entreprise.

 

L’émergence du modèle best of breed… en complément de l’ERP

Depuis peu, les ERP sont à nouveau concurrencés par un modèle que l’on croyait dépassé, celui du best of breed. Alors que, depuis leur création, le principal atout des ERP est l’uniformisation de la gestion des entreprises à travers une base de données unique et des outils parfaitement intégrés les uns aux autres, le modèle best of breed fait renaître le goût pour des outils spécialisés, propres à chaque service de l’entreprise (gestion de la formation, supply chain, gestion commerciale, etc.) et à chaque secteur d’activité.

Les avantages les plus souvent mis en avant de cette formule sont la souplesse de la gestion informatique et l’adaptation aux problématiques de chaque métier. Mais l’intégration et l’interconnexion des outils restant un facteur majeur de productivité, c’est la plupart du temps un modèle hybride – mariant ERP et outils best of breed – qui est mis en place. Le CRM est ainsi l’une des fonctionnalités les plus souvent assurées par un logiciel best of breed puisque, selon le CXP, seulement 32 % des entreprises utilisent le module CRM de leur ERP.

 

Le meilleur des deux mondes : la market place pour un ERP customisé !

Si le modèle ERP n’est donc pas réellement menacé par l’émergence du best of breed, les éditeurs n’en ont pas moins tiré les leçons et profitent désormais du Cloud pour marier le meilleur des deux mondes. C’est ainsi que se développent aujourd’hui les marketplaces intégrées.

Puisque les entreprises veulent de la souplesse et de l’ouverture, certains ERP leur proposent de choisir et de connecter des applicatifs complémentaires dont la compatibilité avec les autres briques est assurée. Grâce au Cloud et parfois à des partenariats entre éditeurs généralistes et spécialisés, l’installation de ces briques devient rapide et fluide. Une formule dont l’évolutivité permet de penser qu’elle structurera le marché de façon importante dans les années à venir.

 

La course à l’user experience pour les ERP nouvelle génération

La tendance est donc à la souplesse et à l’intégration de l’innovation, mais celle-ci ne serait pas possible sans un important effort en termes de simplification des interfaces et de fluidification de l’expérience utilisateur.

Une chose est sûre : les entreprises ne souhaitent plus suivre de longues sessions de formation à l’occasion de chaque montée de version. De fait, les ERP mis sur le marché au cours des dernières années se distinguent par leur ergonomie et la simplicité de leur prise en main, deux critères devenus centraux pour les entreprises pour des raisons de confort comme de productivité. L’UX (pour User Experience) est ainsi devenue l’un des principaux outils des éditeurs pour séduire sa cible et faire sortir leurs logiciels du lot.

 

Vers un nouveau mode de facturation avantageux

Depuis l’origine, les ERP sont montrés du doigt pour leurs coûts souvent jugés élevés mais surtout difficiles à maîtriser. En effet, le modèle de facturation retenu est celui du l’utilisateur : dès lors qu’une entreprise ajoute un utilisateur, le tarif augmente ! Cette approche est particulièrement contraignante : c’est pourquoi émerge un mode de facturation à l’usage, permettant à l’entreprise d’ouvrir l’accès à l’ERP à tous les collaborateurs concernés.

Le marché de l’ERP doit sa croissance constante à la capacité des éditeurs à innover et à s’adapter en temps réel aux besoins des entreprises. Aujourd’hui, celles-ci sont à la recherche de toujours plus de souplesse et de confort d’utilisation. Les ERP de demain devront dès lors relever ces deux défis : allier la performance des systèmes intégrés à l’évolutivité des outils Cloud et conjuguer la spécialisation des logiciels best of breed à la simplicité des nouvelles interfaces.

Article

Envie de continuer votre tour d’horizon de l’ERP nouvelle génération ?