Secteur Public

Faut-il choisir un éditeur unique pour les logiciels de gestion financière et RH de son établissement public ?

4 Sep 2019

La variété des missions et des tailles des établissements publics, ainsi que les évolutions réglementaires de ces dernières années, accentuent les spécificités de leur gestion financière et influent sur le choix d’outils logiciels très spécialisés. Côté gestion RH, les EPA partagent plus de points communs avec les autres acteurs des collectivités territoriales, mais faire confiance au même éditeur pour ses solutions RH et Finance peut être un atout.

Avec son entrée en vigueur en janvier 2016, le « décret GBCP » du 7 novembre 2012 a clairement fait ressortir l’intérêt pour les établissements publics de s’appuyer sur des logiciels dédiés aux spécificités de leur gestion financière. En instituant la mise en place d’une comptabilité budgétaire distincte de la comptabilité générale pour les administrations publiques (APU) et pour certains établissements aux statuts particuliers, ce décret n°2012-1246 a unifié le cadre budgétaire des organismes, les a harmonisés avec celui de l’Etat, et a aussi amélioré le pilotage des structures. Ce nouveau cadre a, comme on le sait, impliqué un changement de modèle de gestion et de nombreuses évolutions dans leurs organisations.

En tant qu’éditeur spécialisé sur les enjeux du secteur public, Cegid Public a accompagné cette importante transformation pour les établissements publics. Ainsi, la solution Cegid Public Finance EP a été conçue pour garantir une exécution budgétaire et comptable performante grâce à une nomenclature intégrée et fonctionnant en AE/CP. Elle permet aussi d’administrer les procédures d’achat et de fluidifier les échanges en intégrant les derniers protocoles de dématérialisation cohérents avec la Gestion Budgétaire Comptable Publique (GBCP). A titre d’exemple, la mise en place des nouvelles nomenclatures budgétaires et comptables (natures, enveloppes, destinations et origines en particulier) est prise en compte sous la forme d’une évolution du référentiel applicable. Cela permet notamment aux organismes de conserver les historiques en ligne lors des évolutions d’instructions. C’est donc bien l’outil le plus adapté aux enjeux actuels des établissements publics qui est proposé.

Rendre la gestion financière interopérable avec la gestion RH

Mais les établissements publics ne peuvent limiter la question de leur transformation à la seule gestion financière. L’enjeu important sur le long terme est bien celui d’un meilleur pilotage stratégique et opérationnel, et donc d’une vision globale. Or, des évolutions comme le décret GBCP ou même Chorus Pro, ont des impacts importants sur tous les processus centraux au fonctionnement d’un établissement public. L’objectif de cohérence doit alors conduire immanquablement à une réflexion sur les outils permettant de fluidifier également la gestion RH d’un organisme. Se pose alors la question d’une solution spécialisée dans ce domaine. Le caractère moins spécifique aux établissements publics de cette expertise tend cependant à brouiller les cartes au moment de faire les choix.

Un certain nombre de règles de fond peuvent aider à se décider. Par exemple, au-delà des fonctionnalités métiers, les solutions Cegid Public optimisent la transversalité de l’information entre toutes les parties prenantes de la gestion de l’organisme. Elles permettent en parallèle la mise en place de processus dématérialisés et sécurisés qui ne compromettent pas l’agilité et la fluidité des interactions pour les collaborateurs. De même, en proposant son expertise SaaS, Cegid Public facilite l’intégration des évolutions légales présentes et futures, avec des mises à jour automatiques et instantanées, tout en permettant de réduire fortement les dépenses de fonctionnement.

Ces caractéristiques sont valables pour un outil de gestion financière comme pour un outil de gestion RH. En effet, un autre facteur du choix d’une solution RH comme Cegid Public SIRH est d’avoir un design et une conception similaires à Cegid Public Finance EP. Cette proximité dans l’esprit de leur fonctionnement et de leur socle technologique permet d’ouvrir la porte à des gains supplémentaires, en termes de temps et d’efficacité pour les collaborateurs. Ces gains sont liés aux impératifs de transversalité entre les services que connaissent aujourd’hui tous les établissements publics. Il n’a jamais été autant nécessaire de permettre des échanges Finance/RH, notamment pour faciliter le pilotage d’une direction générale. Or, cette transversalité est beaucoup plus complexe à installer quand les solutions utilisées de part et d’autre ont été pensées différemment, avec des ergonomies distinctes ou encore des bases technologiques contradictoires.

En attendant les avancées technologiques qui permettront demain d’assurer l’interopérabilité de tous les systèmes de façon agnostique, faire appel à un même éditeur pour assurer cette transversalité et cette interopérabilité représente donc un avantage non négligeable.

Contactez-nous

Un projet ? Une question ?

Nos experts vous répondent.