Ce site utilise des cookies en vue d'améliorer votre expérience en ligne. En poursuivant votre navigation, vous acceptez que les cookies soient utilisés à des fins d'analyse, de pertinence et de publicité. En savoir plus

Choisissez votre pays

Le blog de la transformation numérique

Qu’est-ce que l’Internet of Things ?

L’entreprise de demain, connectée, autonome et 4.0, ne peut se concevoir – ou s’envisager – sans l’Internet of things, Internet des objets en français. Cette notion recouvre de multiples réalités et applications. Vous voulez tout comprendre de cette nouvelle révolution numérique, qui change (et changera) en profondeur les façons de produire et de consommer ?

L’Internet of things, connecté… avec son environnement

« Things » («choses », « objets », en anglais), est un terme assez large. Cela illustre bien le potentiel et les nombreuses applications possibles de l’Internet des objets. Commençons par définir plus précisément ce dont nous parlons.
L’Internet of things repose sur les objets connectés. Un « objet connecté » possède généralement une sensibilité à son environnement par le biais de capteurs : température, position, pulsations cardiaques… Cet objet est relié à un mode de visualisation des informations, embarqué (directement sur l’objet, donc) ou distant (par l’intermédiaire d’un tableau de bord affiché sur l’écran d’un ordinateur ou d’une tablette). Il peut également faire preuve d’une interactivité plus ou moins poussée avec d’autres objets, prendre des « décisions » par lui-même et gérer d’autres objets, qu’ils soient connectés ou non.

À partir de tous ces objets connectés, l’Internet of things permet de construire des « maillages d’objets » – même à distance -, élaborant ainsi des systèmes de plus en plus intelligents.

Objets connectés : des applications multiples

L’Internet of things regroupe d’ores et déjà de nombreux objets et de multiples applications :

  • en domotique : allumer une lampe à distance, régler le chauffage, vérifier la sécurité de son domicile…
  • dans les loisirs : les montres, bracelets, t-shirts connectés, les drones…
  • dans la santé : opérations avec le dossier médical affiché sur des lunettes connectées, ou suivies à distance grâce au même équipement
  • dans une optique de formation…
  • en ce qui concerne les services aux professionnels : pilotage à distance, conseils en direct…
  • dans l’industrie : machines qui gèrent elles-mêmes leurs réparations, qui alertent en cas d’avarie, commandent des matières premières…

 

De nouvelles pratiques incontournables

L’Internet des objets ne s’imposera pas sans quelques changements dans notre façon de concevoir, vendre et consommer des produits.

Le premier enjeu ? La mise en place de nouveaux standards pour que les objets « dialoguent ».

Et cela passe notamment par le développement de nouveaux protocoles réseaux, qui constituent les « autoroutes de l’information » des objets connectés. Pas de panique : le protocole IPv6 – pour Internet Protocole version 6, un nouveau protocole réseau sans connexion, permettant une plus grande flexibilité dans l’attribution des adresses IP – offre un espace d’adressage virtuellement illimité, puisque l’on parle de 340 milliards de milliards de milliards d’adresses. De quoi attendre sereinement les 50 à 80 milliards d’objets connectés estimés pour 2020…

Ce « dialogue » passe également par le développement et l’adoption de solutions Cloud, désormais à même de traiter et d’exploiter le déluge de données déversées par les nombreux capteurs de l’Internet of things. Car si le Big Data peut révolutionner les modes de production – et par conséquent de consommation -, c’est incontestablement par l’adoption, en somme, de nouveaux réflexes plus connectés.

L’imagination pour seule limite

Tous les objets sont-ils connectables (et donc, par extension, ceux que vous vendez) ?
Oui… ou presque !

  • Lentilles de contact intelligentes (abritant un écran LCD capable d’afficher des images),
  • miroir interactif,
  • frigo qui commande seul ce qu’il manque,
  • serre-tête qui permet de lire dans les pensées (ou du moins de détecter l’humeur de celui qui le porte)…

La limite ? Sans doute celle de notre imagination !

Découvrez les solutions Cegid destinées aux entreprises de négoce

8 juillet 2016
Nous contacter

Incollable sur la transformation numérique ?

Abonnez-vous à nos newsletters