Ce site utilise des cookies en vue d'améliorer votre expérience en ligne. En poursuivant votre navigation, vous acceptez que les cookies soient utilisés à des fins d'analyse, de pertinence et de publicité. En savoir plus
X Choisissez votre pays

Pourquoi les cabinets comptables doivent-ils repenser leur gestion de la formation ?

Les cabinets comptables investissent beaucoup dans la formation, notamment réglementaire. En revanche, le développement des compétences en matière commerciale, culture métier ou usage des nouvelles technologies, reste encore très limité. Dans un monde qui change vite, les cabinets doivent changer leur fusil d’épaule et mettre en œuvre des plans de formation plus ambitieux et plus diversifiés.

L’Ordre des Experts-Comptables recommande aux experts-comptables d’effectuer 120 heures de formation par période de 3 ans, avec un minimum de 20 heures par an. Les associés du cabinet doivent également s’assurer « que les collaborateurs auxquels ils confient des travaux ont une compétence appropriée ». Concernant les salariés des cabinets comptables, la convention collective prévoyait pour l’année 2016 une cotisation formation professionnelle de 1%*, (0.55% pour les cabinets de moins de 11 salariés). Bon à noter : la plupart des cabinets comptables dépassent l’obligation légale, en investissant en moyenne entre 2 à 5%.

Le métier évolue : les nouvelles compétences à maîtriser

Les formations déployées se concentrent principalement sur l’actualisation et le maintien des compétences face aux évolutions réglementaires. « Certains cabinets sont obnubilés par les formations réglementaires qui, si elles sont souvent obligatoires, ne devraient représenter qu’une partie de l’investissement. Cette limitation représente un véritable danger car nos métiers vont changer » observe Stéphane Raynaud, expert-comptable et secrétaire général chez ATH.

Il identifie quatre évolutions majeures pour les métiers de l’expertise comptable :

  • Les compétences en matière de technologie vont être plus importantes. Les collaborateurs devront être en mesure d’utiliser des outils d’analyse de base de données, de suivi, d’aide à la décision…
  • Les compétences en relation client vont devenir indispensables. Il s’agit de mieux comprendre les clients, de cultiver des liens solides avec eux ou encore d’ d’être à même de leurs vendre des missions complémentaires ou de gérer les insatisfactions.
  • La capacité à produire de la valeur ajoutée et d’en rendre compte aux clients. Alors que les processus sont de plus en plus automatisés, les collaborateurs devront acquérir davantage de compétences analytiques et valoriser leurs conseils en « traduisant » les chiffres plutôt qu’en les « produisant ».
  • Les clients attendent des services plus personnalisés et davantage connectés à leurs enjeux sectoriels. Comme les prospects et les clients peuvent comparer les offres, ils vont se diriger naturellement vers les cabinets en phase avec leurs enjeux et problématiques. Pour les cabinets, cela signifie que des actions doivent être prises pour acquérir une « culture métier du client ».

Lire aussi : La relation client se digitalise

Le plan de formation au cœur de la stratégie

Pour beaucoup d’entreprises, et les cabinets comptables n’échappent pas à la règle, le plan de formation est vécu comme une contrainte ou une obligation. Pourquoi ? « Par manque de méthode, principalement ! Ce qui est complexe est de parvenir à faire le lien entre la stratégie du cabinet et la manière dont il est possible de faire progresser ses talents. Un audit stratégique doit être réalisé pour élaborer les bons angles d’attaque sur l’acquisition de compétences » poursuit-il.

Attention, les plans de formation mettent généralement entre 24 et 36 mois avant de produire des effets notables : ils doivent donc être conçus dans la durée.

Lire également : Comment accompagner le changement dans vos équipes ?

Misez sur les formats innovants

Le bon plan de formation doit veiller à intégrer les nouveaux formats permettant d’apprendre et de progresser. Clairement, les outils de e-learning gagnent du terrain. « Au sein d’ATH, ils représentent 20 à 30% des actions de formation. Ces outils sont formidables pour dispenser des formations techniques ou réglementaires. Ils permettent d’être très réactifs pour des coûts plus réduits » observe Stéphane Reynaud.

Pour autant, d’autres usages émergent tels que :

  • Le recours à des bibliothèques de contenus : de nombreuses ressources documentaires liées aux métiers librement accessibles en ligne ;
  • L’autocréation de contenus : des managers créent des power point ou des vidéos de 1 à 2 minutes pour former leurs collaborateurs sur une compétence spécifique.
  • Le mobile learning : avec des utilisateurs qui se testent ou découvrent un sujet en moins de 10 minutes chrono.
  • Enfin, les individus peuvent faire preuve d’initiative personnelle à travers des Moocs, dispositifs de cours en ligne gratuits ou payants où l’on peut se former et interagir avec ses pairs.

 

Du côté de la formation présentielle, celle-ci reste évidemment incontournable, notamment lorsque la formation « doit être plus qualitative et permettre des mises en situation ainsi que des échanges entre pairs ».

 

Le fait de disposer de formats plus souples et personnalisables ouvre de superbes opportunités pour les cabinets comptables. Surtout, ils vont rendre les collaborateurs acteurs de leur parcours de formation. « Avec 25 à 40% du métier de comptable qui va être reformaté dans les prochaines années, les cabinets doivent vraiment investir dans leurs actions de formation » conclut Stéphane Raynaud.

 

Lire aussi :
Mise en pratique du Compte Personnel de Formation (CPF)
Quelle stratégie RH pour améliorer la politique commerciale des cabinets d’expertise comptable ?
Les rémunérations variables ont-elles leur place dans les cabinets comptables ?

 

Découvrez nos solutions Experts-Comptables

16 janvier 2017
Nous contacter